Cet article date de plus de cinq ans.

L'Amérique en campagne, J-33 : les obsessions du candidat Trump

La Chine, les playmates de Playboy, le Mexique... Pendant que Matthew s'approche des côtes des Etats-Unis, la campagne est marquée par les obsessions de Donald Trump.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Donald Trump le 5 octobre dans le Nevada. (ETHAN MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La menace Matthew

La campagne a l'œil sur la méteo, avec l'ouragan Matthew qui s'approche des côtes américaines, jeudi 6 octobre. Deux millions de personnes doivent évacuer le littoral. Après Haïti, Cuba et les Bahamas, l'ouragan va frapper la Floride dans la nuit de jeudi à vendredi. La Floride est un État clé de l'élection et Barack Obama est en première ligne, la moindre erreur de son administration dans cette crise pourrait être exploitée par Donald Trump.

Jusqu'ici, tout va bien... et Obama n'a jamais été aussi populaire. 55% d'opinions favorables selon le dernier baromètre ORC pour CNN, record de son second mandat. Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Hillary Clinton. La cote de Bill Clinton était à 58% juste avant l'élection de Bush en octobre 2000.

Trump et l'obsession Playboy

CNN a exhumé des vidéos du magazine Playboy dans lesquelles figure Trump. Est-ce bien raisonnable de la part d'un possible futur président américain ? Trois vidéos ont été exhumées ces derniers jours. La dernière est sortie mercredi 5 octobre. Elle date de 1994, c'est une version vidéo du calendrier Playboy. Trump n'apparaît pas dans des scènes érotiques mais il interviewe une jeune femme qui souhaite devenir playmate.

Ces vidéos sont-elle vraiment embarrassantes pour Trump ? A première vue, rien de scandaleux. Trump a été proche de Playboy, il est apparu dans des vidéos, a participé à des soirées. Il a même fait la une du magazine... "So what ?" Mais Donald Trump a un problème avec le vote féminin. Habituellement, les femmes blanches diplômées votent majoritairement républicain. Ce ne sera sans doute pas le cas cette fois, d'après les sondages. Les aventures de Trump avec Playboy pourraient accentuer la tendance.

Trump et l'obsession chinoise

La Chine suit l'élection américaine de près. On parle beaucoup de la Chine dans cette campagne, surtout Donald Trump, pour qui c'est une vieille obsession. Une vidéo YouTube "Trumps says China" a été visionnée près de 8 millions de fois depuis août  2015. 

Trump est donc obsédé par la Chine qu'il présente comme "le" concurrent numéro 1. C'est réciproque : les Chinois aussi voient les États-Unis comme le grand rival. C'est ce que montre un sondage Pew Research.

Trump et la "chose mexicaine"

Le Mexique aussi observe attentivement la campagne américaine. Dans le débat des vice-présidents mardi 4 octobre, Tim Kaine, le colistier d'Hillary Clinton, a rappelé que Donald Trump avait traité les Mexicains de violeurs et de criminels. La réponse de son rival Mike Pence n'est pas passée inaperçue.

Vous ressortez cette chose mexicaine

Mike Pence,
colistier de Donald Trump

"Cette chose mexicaine" : That Mexican thing... La communauté latino s'est emparée de ces trois mots, devenus un hashtag sur Twitter... et même un site internet, thatmexicanthing.com, qui renvoie sur le site de campagne d'Hillary Clinton.

A RÉÉCOUTER

L'Amérique en campagne J-33
écouter

Tous les jours à 18h30, franceinfo vous propose le journal de la campagne avec Franck Mathevon et tous les envoyés spéciaux aux États-Unis.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.