"Jérusalem n’est pas a vendre" : le président de l'Autorité palestinienne rejette le plan de paix de Donald Trump, le qualifiant de "conspiration"

Il était attendu depuis trois ans. Mardi 28 janvier, le président américain a présenté son "deal du siècle" aux côtés du Premier ministre israélien. Un plan très favorable à Israël, d'emblée rejeté par les Palestiniens.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a convoqué une rencontre \"d\'urgence\" mardi 28 janvier à Ramallah au sujet du plan de paix américain pour le Moyen-Orient.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a convoqué une rencontre "d'urgence" mardi 28 janvier à Ramallah au sujet du plan de paix américain pour le Moyen-Orient. (ABBAS MOMANI / AFP)

Tous les dirigeants palestiniens étaient réunis mardi 28 janvier au soir à Ramallah au quartier général de l'administration locale palestinienne, tous alignés. Un peu comme une union sacrée, après la présentation la veille par Donald Trump de son "deal du siècle", aux côtés du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, présenté comme "gagnant-gagnant" par le président américain. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lui a répondu directement : "Jérusalem n’est pas à vendre. Les droits des Palestiniens non plus, ils ne sont pas négociables. Ce plan, cette conspiration, ne passera pas !"

"Jérusalem est notre capitale"

À côté du président de l’Autorité Palestinienne, preuve de la gravité du moment, se tenaient les grands rivaux du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza. La salle a applaudi par moment mais les visages restaient graves. Ce plan est déséquilibré, bien en-deçà des espoirs des Palestiniens. 

Adan, 33 ans, habitant de Ramallah, attendait dehors malgré la pluie et le froid,  à quelques mètres de la Muqata. "C’est injuste, a-t-il commenté. Le monde devrait stopper tout ceci. Jérusalem est notre capitale, la capitale palestinienne. Et je veux qu'on respecte mes droits."  

Pour protester contre cet accord du siècle, des rassemblements sont prévus à Ramallah, et dans la bande de Gaza. Mardi déjà, des centaines de Palestiniens ont conspué Trump et des heurts avec les forces israéliennes ont fait au moins 13 blessés en Cisjordanie occupée.

L'Autorité palestinienne rejette le plan de Donald Trump. Correspondance dans les Territoires palestiniens d'Alice Froussard pour franceinfo.
--'--
--'--