États-Unis : l'intrusion au Capitole est "une tentative de coup d'État", assure Leah Pisar, ancienne conseillère du président Clinton

Elle évoque "un des moments les plus sombres" de l'histoire des États-Unis et espère "que l'Amérique retrouvera une espère de boussole morale politique".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Leah Pisar, ancienne conseillère de Bill Clinton à la Maison Blanche. (BERTRAND RINDOFF PETROFF / FRENCH SELECT)

"On peut absolument parler d'une tentative de coup d'État, les images l'ont montré", a réagi jeudi 7 janvier sur franceinfo Leah Pisar, ancienne conseillère de Bill Clinton à la Maison Blanche, en charge des affaires étrangères de 1999 à 2001, après le coup de force des partisans de Donald Trump mercredi soir au Capitole, à Washington. "Personne n'a imaginé que le temple de la démocratie américaine pourrait être pris d'assaut par des gens qui se proclament des patriotes".

>> Irruption de partisans pro-Trump au Capitole : suivez  notre direct.

franceinfo : Dans quel état est le pays ?

Leah Pisar : C'est absolument désemparant, c'est un des moments les plus sombres de l'histoire de ce pays. Ce qui s'est passé avec cette tentative de prise du Capitole est absolument bouleversant. Le pays est en état de choc. On a un peu vu venir les choses, on pouvait anticiper que Trump ferait tout ce qu'il pourrait pour fomenter de la violence, pour essayer de rester au pouvoir, qu'il essayerait d'inventer toutes sortes de manipulations.

Comment expliquez-vous que cela ait dégénéré ?

On savait qu'il y aurait des manifestations. Je ne sais pas pourquoi les forces de l'ordre n'étaient pas mieux préparées. Je pense que personne n'a imaginé que le temple de la démocratie américaine pourrait être pris d'assaut par des gens qui se proclament des patriotes. C'est insensé. Ils n'acceptent pas le résultat.

"Ils ont 'désacré' le Capitole."

Leah Pisar, ancienne conseillère du président Bill Clinton

à franceinfo

Ils n'acceptent pas le résultat parce qu'il ne leur plaît pas, mais surtout parce que le président sortant refuse de l'accepter. Il leur répète à longueur de journée que c'est faux, que l'élection a été volée. Il les envahit de fakes news et certains y croient et ont du mal à accepter la réalité. Voilà comment on en arrive-là.

Peut-on parler d'une tentative de coup d'État ?

On peut absolument parler d'une tentative de coup d'État, les images l'ont montré. Si vous faisiez un film et que vous deviez avoir une scène de coup d'État, je pense qu'elle ressemblerait à ça. Je pense qu'il y a eu à travers ce drame une prise de conscience au sein du peuple américain et au sein de parti républicain. Il y a eu un basculement chez certains sénateurs qui ayant vu ce qu'il s'est passé ne se sont plus opposés à la certification.

"On pense que Trump a perdu la tête, qu'il est prêt à tout."

Leah Pisar

Le parti républicain doit prendre ses distances avec lui, s'affranchir et essayer de se réinventer, retrouver sa place, sa vocation, sa vision. On peut espérer que dans la foulée de ces incidents et de cette terrible présidence Trump il y aura peut-être une nouvelle prise de conscience et de position de la part du parti républicain. Espérons quand même que l'Amérique retrouvera une espère de boussole morale politique.

Que va-t-il se passer dans les jours qui viennent ?

La passation de pouvoir aura lieu le 20 janvier à midi, quoi qu'il en soit. Donald Trump ne peut rien faire. La question que certains se posent à l'heure actuelle est de savoir s'il est encore temps de le destituer. On ne sait pas si c'est possible mais on en parle. Je pense que ce serait trop compliqué en pratique. Il y a en masse des démissions de collaborateurs de monsieur Trump à la Maison Blanche qui veulent s'écarter de lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.