Cet article date de plus d'un an.

"Il y a beaucoup de tension" : Washington se barricade à l’approche de l’élection présidentielle

Commerces et bureaux des environs de la Maison Blanche se calfeutrent derrière des planches en prévision d’éventuelles manifestations violentes dans la foulée de l’élection de mardi.

Article rédigé par
Jérôme Jadot - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Tout le quartier du centre de Washington DC situé autour de la Maison-Blanche se prépare à une élection sous tension, en se barricadant et en se protégeant, le 1er novembre 2020. (JEAN-MARC FOUR / RADIO FRANCE)

Depuis quelques jours les visseuses et scies sont de sortie dans les rues qui entourent la Maison Blanche à Washington. Quel que soit le vainqueur de l'élection présidentielle du 3 novembre, le quartier s'apprête à voir les déçus descendre dans la rue. David fixe de hautes planches sur les vitres d’un immeuble de bureaux : "On essaie de bien protéger toutes les façades extérieures parce qu’il va y avoir des manifestations. On a commencé vendredi et on a vraiment beaucoup de travail." 

Les commerces dans le centre de Washington DC autour de la Maison-Blanche se barricadent en prévision d'une élection sous tension, le 1er novembre 2020. (JEROME JADOT / RADIO FRANCE)

À la veille du scrutin, presque tous les commerces, hôtels ou administrations du quartier sont ainsi barricadés derrière des plaques de bois. Il fait sombre désormais dans le restaurant de Deban : "Je ne dirais pas que nous avons peur mais on prend nos précautions au cas où. En mai lors de manifestations du mouvement Black Lives Matter, on a été pillés. Notre porte a été cassée, des gens sont entrés et ont pris des bouteilles. Donc on essaie de ne pas perdre encore de l’argent." 

Des airs de camp retranché

D’autant que le quartier a été vidé par la crise sanitaire, il a maintenant des airs de camp retranché. Deja, serveuse dans coffe-shop, ne s’y sent plus à l’aise : "Je suis un peu nerveuse. Je ne me sens pas vraiment en sécurité. C'est sûr qu’on commence à être habitué aux manifestations, mais avec l’élection, c’est plus inquiétant."

Trump a refusé de dire s’il quitterait le pouvoir en cas de défaite, j’ai peur que cela puisse vraiment arriver.

Deja, serveuse à Washington


Deja préfèrerait ne pas venir travailler mardi et mercredi. Une appréhension qui n’étonne pas Ilgin, une étudiante attablée dans ce même coffe-shop. "Ça dit beaucoup de où en sont les États-Unis, les gens sont vraiment divisés, explique-t-elle. Et tout le monde s’attend à des réactions violentes quel que soit le vainqueur. Si c’est Trump, les libéraux seront déçus. Si c’est Biden, qui sait ce qui se passera. Il y a beaucoup de tension."

Plusieurs rassemblements prévus

La police de Washington a d’ailleurs déjà prévenu que certaines rues pourraient être fermées. L’organisation anti-Trump ShutDownDC a prévu plusieurs rassemblements dans les jours qui viennent. "Si Trump devait être réélu, on ferait de notre mieux pour perturber le système qui le soutient, explique Jen Nikodem, une des coordinatrices de l'organisation. Ça peut être le ministère de la Justice, le Sénat, la Cour suprême. On veut être gênant, bruyant, mais pas au-delà. On forme d’ailleurs nos militants à des techniques de désescalade."

Tout le quartier autour de la Maison-Blanche à Washington se prépare à une élection sous tension, le 1er novembre 2020. (JEROME JADOT / RADIO FRANCE)

La semaine dernière la maire démocrate de Washington indiquait ne pas avoir "d’informations spécifiques" sur des velléités de troubles tout en se disant prête à "assurer la sécurité de la ville"

Présidentielle sous tension à Washington : écoutez le reportage de Jérôme Jadot
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.