Manifestation anti-Trump à Paris : "Il ne faut pas laisser les Américains se débrouiller seuls avec lui"

Après Berlin, Londres, New York ou Washington, la capitale française entre à son tour dans le mouvement anti-Trump. L'un des organisateurs de ce défilé explique la démarche à franceinfo.

Des militants anti-Trump manifestent devant un hôtel du milliardaire à Washington D.C. (Etats-Unis), le 10 décembre 2015.
Des militants anti-Trump manifestent devant un hôtel du milliardaire à Washington D.C. (Etats-Unis), le 10 décembre 2015. (JEFF MALET / NEWSCOM / SIPA)
avatar
Raphaël GodetfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Quelques réunions secrètes dans un bar, la création d'une page Facebook, d'un compte Twitter, et le tour est joué. Le mouvement "Paris Against Trump" s'est créé en moins d'une semaine. Quelques jours après Berlin, Londres, New York ou Washington, il organise, samedi 19 novembre, une marche dans les rues de la capitale française pour protester contre l'élection du milliardaire à la tête des Etats-Unis.

Le rendez-vous est fixé à 13 heures, place Joffre (métro Ecole Militaire), dans le 7e arrondissement. La marche aura pour destination l'esplanade du Trocadéro, dans le 16e. Sylvestre Jaffard, agent municipal en région parisienne, est l'un des organisateurs. Il explique la démarche à franceinfo. 

Franceinfo : Comment est né le mouvement anti-Trump à Paris ? 

Sylvestre Jaffard : Comme beaucoup, je fulminais devant ma télé en voyant que Donald Trump venait d'être élu. J'étais révolté et persuadé ne pas être seul dans ce cas. Et puis, j'ai vu les manifestations anti-Trump à New York ou à Washington. Je me suis dit qu'on pouvait sûrement agir, nous aussi, ici, en France. Tout est allé vite ensuite, je connais quelques Américains à Paris, on a commencé à en parler.

Quand a eu lieu votre première réunion ?

C'était dimanche 13 novembre. On s'est retrouvés tous ensemble. Il s'agit de plusieurs petits groupes qui ne se connaissaient pas. Beaucoup de jeunes anglophones, des étudiants, des artistes, des enseignants... On avait tous la même colère. L'idée d'organiser une marche a rapidement été arrêtée. On savait aussi qu'il fallait agir vite, avant que la pression retombe.

Quel est l'objectif de ce rassemblement ?  

Notre but est de rappeler aux Français que cette élection a des conséquences sur le monde entier, pas uniquement aux Etats-Unis. Donald Trump est un personnage qui cumule beaucoup d'aspects négatifs : il est raciste, misogyne, homophobe... Sans oublier que ses positions sur le climat et l'environnement sont effrayantes. Et la liste est encore longue. Il ne faut pas être égoïste et laisser les Américains se débrouiller seuls avec lui. Les Français doivent aussi se mobiliser contre Donald Trump. Il ne faut pas que le décalage horaire ou la distance nous éloignent de ce problème.

Combien de personnes pensez-vous pouvoir rassembler ?  

Certainement plusieurs milliers. Beaucoup de personnes se disent intéressées sur notre page Facebook. Chacun peut venir avec ses banderoles et ses slogans. On est au début de quelque chose, il y aura d'autres événements à venir. On a déjà le 20 janvier en ligne de mire, jour de l'investiture de Donald Trump à la Maison Blanche. On est d'ailleurs en lien avec les organisateurs des marches qui se déroulent aux Etats-Unis.

D'autres villes françaises pourraient-elles être concernées par ces rassemblements ?

Oui, on a reçu plusieurs demandes, de la part d'Angoulême et de Lille notamment.