Guerre de l'acier : les craintes de l'Europe

Bruno Le Maire reçoit en ce moment même à Bruxelles (Belgique) les industriels de l'acier, qui opèrent en France. Ils sont extrêmement inquiets, après la décision de Donald Trump d'augmenter les taxes sur les importations d'acier et d'aluminium. Des dizaines de milliers d'emplois seraient menacés. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Toutes les fonderies européennes s'inquiètent aujourd'hui de la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump. L'Europe exporte chaque année 5 millions de tonnes de poutres, de tubes ou de feuilles d'acier pour l'industrie américaine. Et c'est l'Allemagne qui a le plus à craindre des nouvelles taxes douanières, elle qui vend pour 1,2 milliard d'euros d'acier chaque année aux États-Unis, loin devant les Pays-Bas et l'Italie. La France, elle, est 7e fournisseur européen d'acier des États-Unis, pour une valeur de 252 millions d'euros.

La crainte d'une inondation des autres pays

"Au-delà de la baisse des ventes de leur acier aux Américains, les producteurs européens redoutent une déstabilisation de tout le marché, notamment la crainte d'une inondation des produits des autres pays, comme la Turquie et le Brésil", comme l'explique Charles de Lusignan, porte-parole d'Eurofer. Le ministre français de l'Économie en discute en ce moment à Bruxelles (Belgique) avec son homologue espagnol et les représentants des fabricants européens d'acier et d'aluminium.

Le JT
Les autres sujets du JT
(PATRICE PIERROT / CROWDSPARK)