Cet article date de plus de quatre ans.

Frappes occidentales en Syrie : Donald Trump défend son controversé "Mission accomplie"

Cette expression, utilisée par le président américain après les frappes contre l'arsenal chimique du régime syrien, rappelle l'annonce prématurée de la fin de la guerre en Irak par George W. Bush, en 2003. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain, Donald Trump, annonce une série de frappes occidentales contre l'arsenal chimique du régime syrien, le 13 avril 2018 à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis).  (MANDEL NGAN / AFP)

Sa formule n'a pas manqué de faire réagir. Le président américain, Donald Trump, a défendu l'emploi de la formule connotée "Mission accomplie", samedi 14 avril, après les frappes des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni contre l'arsenal chimique du régime syrien.

Le dirigeant a lancé ces mots sur Twitter samedi, ajoutant que le "résultat" de cette opération, "parfaitement exécutée", "n'aurait pu être meilleur".

Le parallèle a vite été dressé avec l'annonce prématurée de la fin de la guerre en Irak par George W. Bush, en 2003. Sur le pont du porte-avions Abraham Lincoln, le président américain de l'époque avait annoncé la fin des principales opérations de combat en Irak, avec une grande banderole "Mission accomplished" ("Mission accomplie") derrière lui. 

Une "belle formule militaire" à "réhabiliter"

L'annonce s'était vite révélée prématurée. Depuis, les responsables politiques américains évitent soigneusement tout recours à cette expression. 

"Le raid syrien a été si parfaitement exécuté, avec une telle précision, que la seule manière trouvée par les médias bidon pour le critiquer est mon emploi de l'expression 'Mission accomplie'", a répliqué Donald Trump dimanche sur Twitter. "Je savais qu'ils sauteraient sur l'occasion, mais je trouve que c'est une si belle formule militaire qu'il faut la réhabiliter. Utilisons-là souvent !", a-t-il lancé.

Dans l'émission "Fox News Sunday", l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, Nikki Haley, a également défendu cette expression. "En tant que femme d'un militaire, je sais que cela signifie que lorsque vous menez à bien une tâche, c'est mission accomplie", a-t-elle dit. "Politiquement, 'mission accomplie' a une signification plus large, mais je crois que le président l'a employée en termes militaires. Nous savons bien sûr que notre travail en Syrie n'est pas terminé", a-t-elle relativisé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.