Familles de migrants séparées à la frontière américaine : Donald Trump veut éviter que "les gens se déversent dans le pays"

Le président américain a défendu mardi dans un discours sa politique de "tolérance zéro" aux frontières.

Donald Trump au Capitole, à Washington (Etats-Unis), le 19 juin 2018.
Donald Trump au Capitole, à Washington (Etats-Unis), le 19 juin 2018. (MANDEL NGAN / AFP)

Il tient le cap, malgré le déluge de critiques. Donald Trump a revendiqué sa politique de "tolérance zéro" aux frontières, mardi 19 juin. "Nous ne voulons pas que les gens se déversent dans notre pays", a tonné le président des États-Unis, avant une réunion sur ce sujet brûlant avec sa majorité républicaine. Pour lutter contre l'immigration clandestine, il faut arrêter tous ceux qui franchissent illégalement la frontière, a-t-il assuré. Or, comme les mineurs ne peuvent être envoyés en prison avec leurs proches adultes, il faut "séparer les enfants", a-t-il conclu en serrant le drapeau américain dans ses bras.

"Vous avez pourtant des enfants, M. le président. Est-ce que vous aimeriez qu'on vous sépare de vos enfants ?" a crié un élu démocrate à la sortie de Donald Trump. Une interpellation virulente rarissime de la part de parlementaires dans les couloirs du Capitole, qui témoigne bien de l'indignation provoquée par l'affaire des enfants migrants séparés de leurs familles depuis le mois d'avril. Selon les douanes américaines, 2 342 enfants ont été retirés à leurs parents à la frontière avec le Mexique entre le 5 mai et le 9 juin.

Il exige le financement du mur à la frontière

Se réjouissant d'avoir eu une "excellente réunion" de 45 minutes, Donald Trump a déclaré à la presse que les lois sur l'immigration en vigueur étaient "violées depuis des années, des décennies". Un peu plus tôt, mardi, il avait renvoyé la responsabilité de la situation aux démocrates en fustigeant "des failles dans la loi", qui prévoit que les familles entrant illégalement sur le territoire soient soit séparées, soit libérées.

Le président a cherché à conditionner la fin des séparations familiales à l'adoption d'une loi plus vaste sur l'immigration. Pendant sa réunion avec les élus républicains, "il a approuvé tout projet de loi qui assurerait la construction du mur [à la frontière mexicaine], mettrait fin aux failles légales, supprimerait la loterie de la carte verte, freinerait le regroupement familial et réglerait le problème des séparations de familles en autorisant leur détention et leur expulsion", a dit son porte-parole, Raj Shah.