Etats-Unis : un juge refuse d'interdire la sortie du livre explosif d'un ex-conseiller de Trump

Plusieurs extraits du livre de John Bolton sont déjà parus dans la presse. Il s'en dégage le portrait d'un chef d'Etat mal avisé et prêt à tout pour se faire réélire.

John Bolton, ex-conseiller de Donald Trump, le 9 mai 2018, à la Maison Blanche, à Washington.
John Bolton, ex-conseiller de Donald Trump, le 9 mai 2018, à la Maison Blanche, à Washington. (SAUL LOEB / AFP)

Un échec pour la Maison Blanche. Un juge fédéral a refusé, samedi 20 juin, de bloquer la sortie du livre explosif de l'ex-conseiller de Donald Trump, John Bolton. L'interdiction était réclamée par l'administration du président américain.

John Bolton "a fait courir un risque à la sécurité nationale des Etats-Unis" et "a mis son pays en danger", a pourtant souligné le juge Royce Lamberth, dans sa décision. Mais "le gouvernement n'a pas réussi à établir qu'une interdiction empêcherait des dommages irréparables. Sa requête est donc rejetée", a-t-il conclu.

Sans attendre l'issue du bras de fer judiciaire, de larges extraits du livre ont déjà filtré dans la presse. Il s'en dégage le portrait d'un président mal avisé et prêt à tout pour se faire réélire lors de la prochaine élection présidentielle en novembre prochain, quitte à demander un coup de pouce de la Chine, adversaire stratégique des Etats-Unis, et mettre donc en danger la sacro-sainte sécurité nationale.

"Inapte" à présider la première puissance mondiale

John Bolton a déjà asséné sa conclusion dans les médias : Donald Trump est selon lui "inapte" à présider la première puissance mondiale. En face, le milliardaire républicain s'est déchaîné sur Twitter contre son ex-conseiller, qualifié d'"aigri qui voulait seulement déclencher une guerre" et a attendu d'être limogé en septembre pour critiquer son ex-patron, qu'il défendait bec et ongles jusque-là. Après l'annonce de la décision judiciaire, il a affirmé que son ex-conseiller John Bolton paierait le prix "fort" pour avoir "enfreint la loi" : "Il aime lâcher des bombes sur les gens, et les tuer. Maintenant, des bombes vont lui tomber dessus !" 

Et le camp trumpiste est venu à la rescousse. Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a publié un communiqué tonitruant accusant John Bolton d'être un "traître qui abîme l'Amérique" avec ses "mensonges". Il est vrai que ce ténor du gouvernement toujours prompt à défendre Donald Trump est lui-même pris en défaut de loyauté dans le livre, affirmant parfois derrière son dos que le président "ne raconte que des conneries", selon John Bolton.

L'opposition démocrate est, elle, partagée entre la dénonciation de révélations tardives qui lui auraient été plus utiles lors de leur procédure de destitution du président -– finalement acquitté en début d'année – et la volonté de donner un écho à ce portrait accablant.