États-Unis : Obama, Bush ou Johnson condamnent sévèrement les violences

Les scènes de chaos des partisans de Donald Trump au Capitole et à Washington mercredi 6 janvier ont choqué les anciens présidents des États-Unis et des dirigeants mondiaux.

France 2

Barack Obama, l'ex-président américain, a parlé sur Twitter d’un "moment de grand déshonneur et de honte pour notre nation”. Pour Bill Clinton, autre ancien président démocrate, “l’agression a été alimenté par plus de quatre années de politique empoisonnée”. Son successeur républicain, George W. Bush, compare l'intrusion au Capitole de mercredi 6 janvier à ceux d’une “république bananière”. 

"Un transfert de pouvoir vital"

Parmi les soutiens de Donald Trump, Mike Pence, son vice-président, dénonce ce qui s’est passé : “La protestation pacifique est le droit de tous les Américains, mais cette attaque contre notre Capitole ne sera pas tolérée”. A l’étranger, les chefs de gouvernement britannique et italien ont réagi. Pour Boris Johnson, “il est vital qu’un transfert de pouvoir pacifique et ordonné ait lieu. Enfin, Giuseppe Conte a écrit sur Twitter : “La violence est incompatible avec l’exercice des droits et des libertés démocratiques”. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Barack Obama lors d\'un discours pour les funérailles d\'une figure les plus respectées du combat pour les droits civiques, John Lewis, le 30 juillet 2020, à Atlanta (Géorgie).
Barack Obama lors d'un discours pour les funérailles d'une figure les plus respectées du combat pour les droits civiques, John Lewis, le 30 juillet 2020, à Atlanta (Géorgie). (GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)