Etats-Unis : la Trump Organization visée par une enquête pénale

L'enquête, ouverte par la procureure de l'Etat de New York, vise le conglomérat de la famille Trump. Elle porte sur des allégations de fraude fiscale, fraude aux assurances ou fraude bancaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée de la Trump Tower, le 7 mars 2021, à New York (Etats-Unis). (KENA BETANCUR / AFP)

De nouveaux ennuis judiciaires pour Donald Trump. La Trump Organization, le conglomérat appartenant à la famille de l'ex-président américain, est désormais visée par une enquête pénale. "Nous avons informé la Trump Organization que notre enquête sur cette organisation n'est plus uniquement de nature civile", a déclaré mardi 18 mai Fabien Levy, porte-parole de la procureure de l'Etat de New York, à l'origine de cette enquête menée "conjointement" avec l'équipe du procureur de Manhattan.

La Trump Organization regroupe des centaines d'entreprises liées à Donald Trump ou à ses proches. Elle comprend notamment des hôtels, des sociétés immobilières et des terrains de golf.

Le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, un démocrate, a démarré en 2018 une enquête initialement centrée sur des paiements effectués, avant la présidentielle de 2016, à deux maîtresses présumées du milliardaire républicain, et désormais élargie à des allégations de fraude fiscale, fraude aux assurances ou fraude bancaire. Cette enquête se déroule de façon confidentielle devant un grand jury. Le procureur Vance a obtenu en février les déclarations de revenus de Donald Trump sur les huit dernières années ainsi que celles de la Trump Organization, au terme d'une longue bataille juridique.

Donald Trump, qui a quitté la Maison Blanche en janvier, nie toute malversation et a qualifié l'enquête de "poursuite de la plus grande chasse aux sorcières politique de l'histoire de notre pays".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.