Cet article date de plus de quatre ans.

Etats-Unis : l'ancienne actrice porno Stormy Daniels veut dire "la vérité" sur sa liaison avec Donald Trump

Quelques jours avant l’élection présidentielle de novembre 2016, le président américain lui a versé 130 000 dollars pour taire une relation intime.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A gauche, le président américain Donald Trump. A droite, l'ancienne actrice de films pornographiques Stormy Daniels. (MANDEL NGAN / AFP)

Stormy Daniels veut dire sa "vérité" sur sa liaison présumée avec Donald Trump. L'ancienne actrice de films pornographiques a déposé plainte, mardi 6 mars, contre le président américain pour tenter de faire invalider la clause de confidentialité qu’elle a signé avec lui peu de temps avant l'élection présidentielle de 2016. 

Selon cet accord, celle qui s'appelle Stephanie Clifford dans la vie civile a touché 130 000 dollars (105 000 euros) en échange de son silence. "Notre position est que l'accord entier est nul et non avenu car monsieur Trump ne l'a pas signé", a expliqué Michael Avenatti sur ABC (lien en anglais), assurant que sa cliente rendrait l'argent si nécessaire.

Elle veut que le public sache la vérité sur cette liaison consentie.

Michael Avenatti, l'avocat de Stormy Daniels

sur CBS

L'avocat de l'ancienne actrice de films X a assuré être convaincu que Donald Trump était au courant des négociations au sujet du versement de la compensation financière.

"Savait-il pour l'accord et le paiement ?"

Il appelle donc le président à répondre à "des questions très simples : a-t-il signé l'accord ? Savait-il pour l'accord et le paiement ? Ça ne prend pas longtemps et il pourrait répondre rapidement, en moins de 140 caractères" sur Twitter...

La liaison en question aurait démarré à l'été 2006 et duré "une bonne partie de 2007." A l'époque, le milliardaire est marié depuis 2005 à Melania Knauss.

Mais l'affaire embarrasse la Maison Blanche qui a démenti plusieurs fois toute liaison entre Donald Trump et celle qui était à l'époque une vedette de films X. "Le président a évoqué [ces allégations] directement et a été très clair sur le fait qu'aucune de ces allégations n'est vraie", a encore indiqué la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders, lors du point presse organisé mercredi 7 mars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Donald Trump

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.