États-Unis : haro sur les symboles esclavagistes

La controverse rebondit aux États-Unis, autour de statues érigées en l’honneur du camp des Confédérés pendant la Guerre de Sécession. Certains Américains y voient un symbole raciste.

France 2

À Baltimore, comme dans plusieurs autres villes, des statues de généraux de la Confédération sudiste sont déboulonnées, défenseurs de l’esclavage et de la ségrégation, lors de la Guerre de Sécession. Et ce n’est pas du goût de Donald Trump, qui a écrit sur Twitter : "Triste de voir l’histoire de notre grand pays mise en pièces par le retrait de nos magnifiques statues et monuments."

Statues appropriées par les militants d’extrême droite

Il avait déjà évoqué sa colère mardi devant la presse : "D’accord, donc on descend toutes les statues ? Très bien, vous changez juste notre histoire et notre culture", s’était-il agacé. Pour Donald Trump, il s’agit de jolies statues témoin de l’histoire nationale. Il y en a 700 dans tout le pays. Problème, les militants d’extrême droite se sont approprié ces statues comme symbole de leur mouvement. Pour les militants antiracistes, garder ces statues, c’est entretenir les vestiges du passé esclavagiste américain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président élu Donald Trump tient une conférence de presse le 11 janvier 2017 à New York.
Le président élu Donald Trump tient une conférence de presse le 11 janvier 2017 à New York. (DON EMMERT / AFP)