Etats-Unis : Donald Trump veut déployer "entre 2 000 et 4 000 militaires" à la frontière mexicaine

Donald Trump avait annoncé, mardi, qu'il souhaitait déployer l'armée le long de la frontière sud des Etats-Unis.

Le président américain, Donald Trump, le 5 avril 2018, à White Sulpher Springs (Virginie-Occidentale).
Le président américain, Donald Trump, le 5 avril 2018, à White Sulpher Springs (Virginie-Occidentale). (NICHOLAS KAMM / AFP)

Après les mots, les chiffres. Pour la première fois, jeudi 5 avril, le président américain Donald Trump a quantifié le déploiement qu'il souhaite à la frontière avec le Mexique pour endiguer l'immigration clandestine : "Entre 2 000 et 4 000 militaires." Dès mercredi, il a ordonné l'envoi de la Garde nationale, mais sans fournir de précisions.

A bord de l'avion présidentiel Air Force One, il a expliqué jeudi qu'il "garderait probablement" ces milliers de militaires sur place, "ou au moins une grande partie", jusqu'à ce que le mur qu'il a promis pendant sa campagne présidentielle de 2016 soit construit. 

"Manque de respect" pour le président mexicain

Le financement du mur, dont le coût est évalué à 18 milliards de dollars, a déjà donné lieu à un bras de fer entre républicains et démocrates lors de l'examen au Congrès du budget fédéral. Seulement un peu moins d'un dixième du coût a été accordé. En envoyant la Garde nationale, le président républicain souhaite contenir l'immigration clandestine mais aussi accroître la pression sur le Mexique pour qu'il s'implique davantage en la matière.

La relation entre les deux voisins "est intense et dynamique et présente naturellement des défis", estime le président mexicain, Enrique Peña Nieto, dans un communiqué. "Mais ces défis ne peuvent en aucun cas justifier des attitudes menaçantes ou un manque de respect entre nos deux pays".

Enrique Peña Nieto, qui a déjà annulé deux déplacements à Washington, lance ensuite une pique à Donald Trump : "Si vos récentes déclarations puisent leur origine dans une certaine frustration liée aux affaires de politique intérieure, de vos lois ou de votre Congrès, adressez-vous à eux, et non aux Mexicains."