Etats-Unis : Donald Trump nie le bilan officiel de 3 000 morts causés par l'ouragan Maria en 2017

Le président américain estime que le chiffre de 3 000 morts a été gonflé par des opposants démocrates pour lui nuire. Ce bilan émane en réalité d'un rapport commandé par le gouverneur de Porto Rico. 

Le président américain Donald Trump lors d\'une conférence de presse à bord du Air Force One, à Fargo (Dakota du Nord), le 7 septembre 2018.  
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à bord du Air Force One, à Fargo (Dakota du Nord), le 7 septembre 2018.   (KEVIN LAMARQUE / REUTERS)

"Trois mille personnes ne sont pas mortes dans les deux ouragans ayant frappé Porto Rico. Lorsque j'ai quitté l'île, APRES que la tempête eut frappé, ils avaient entre 6 et 18 morts", a écrit Donald Trump sur Twitter, jeudi 13 septembre, ajoutant que ce chiffre n'avait "pas augmenté de beaucoup" avec le temps.

Le nombre de personnes décédées à cause des ouragans qui ont touché Porto Rico en septembre 2017 a été sujet à des controverses, ce qui a poussé le gouverneur de l'île, Ricardo Rossello, à commander un rapport à des chercheurs de l'université George-Washington pour parvenir à un bilan réaliste.

"Mauvaise politique. J'aime Porto Rico"

Avant la publication de ce rapport, le bilan était de 64 morts. Mais les chercheurs ont conclu que la mortalité avait augmenté sur l'île de 22% de septembre 2017 à février 2018, par rapport à la même période de l'année précédente. Le bilan a donc été revu pour prendre en compte les stigmates des ouragans, qui ont laissé l'île privée d'eau, d'électricité, de téléphone et même de routes pendant plusieurs mois. Finalement, le bilan s'élève donc à 2 975 morts. Une autre étude indépendante, menée à l'université de Harvard, a conclu à un bilan encore plus élevé, avec 4 600 morts en trois mois. 

Alors que Ricardo Rossello avait déclaré que "toute future discussion devra[it] se fonder sur ce rapport", Donald Trump, qui avait loué l'action des secours après cette déclaration du gouverneur, fin août, ne semble pas l'entendre de cette oreille. "Si une personne est décédée pour une raison quelconque, disons de vieillesse, elle a été ajoutée à la liste. Mauvaise politique. J'aime Porto Rico", a-t-il conclu sur Twitter.