Etats-Unis : Donald Trump dégaine son premier veto présidentiel pour financer le mur promis en campagne

Le président a fait usage de son veto sur une résolution du Congrès qui annulait la procédure d'urgence qu'il avait décrétée pour financer son mur.

Donald Trump signe le premier veto de son mandat contre une résolution du Congrès à Washington D.C., le 15 mars 2019. 
Donald Trump signe le premier veto de son mandat contre une résolution du Congrès à Washington D.C., le 15 mars 2019.  (RON SACHS / AFP)

Prêt à tout pour défendre le mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique maintes fois promis, le président Donald Trump a fait usage, vendredi 15 mars, pour la première fois, de son veto pour bloquer une résolution du Congrès. Le Sénat a infligé jeudi un véritable camouflet à l'ancien homme d'affaires new-yorkais en votant, avec l'appui de douze sénateurs de son propre camp républicain, un texte bloquant la procédure d'urgence qu'il avait décrétée pour débloquer des fonds dédiés à la construction du mur.

Une gifle politique 

"Le Congrès a la liberté de voter cette résolution et j'ai le devoir d'y opposer mon veto", a lancé le président américain depuis le Bureau ovale. "C'est une résolution dangereuse", a-t-il ajouté lors d'une cérémonie de signature où il était entouré de plusieurs membres de son équipe, comme pour contrecarrer l'image d'un président isolé après la véritable gifle politique reçue la veille.

Il paraît hautement improbable que le Congrès puisse outrepasser le veto présidentiel, car cela nécessiterait une majorité des deux tiers dans les deux chambres. L'édification de ce mur hautement controversé pourra donc se poursuivre.