États-Unis : Donald Trump connaissait la dangerosité du coronavirus dès février

Aux États-Unis, Donald Trump va être dans l’obligation de s’expliquer après les révélations du journaliste Bob Woodward. Ce dernier peut prouver, enregistrement à l’appui, que le président était au courant dès février de la dangerosité du coronavirus.

FRANCE 2

Bob Woodward est une institution aux États-Unis. Ce journaliste, célèbre pour avoir notamment révélé le scandale du Watergate, affirme posséder des preuves accablantes contre le président américain Donald Trump. Ce dernier aurait en effet été au courant dès février de la dangerosité du coronavirus. C’est à l'occasion d'un entretien ce même mois, avec le fameux journaliste, que Donald Trump aurait révélé : "Il se propage dans l’air, Bob. C’est encore pire que de se toucher. Il est plus dangereux qu’une grosse grippe. C’est meurtrier."

Joe Biden attaque son adversaire

Le problème est que, fin février, le président avait employé un ton beaucoup plus léger et désinvolte pour qualifier la situation : "35 000 personnes meurent en moyenne chaque année de la grippe. Vous le saviez ? Ça fait beaucoup. Et nous, nous n’avons perdu personne à cause du coronavirus." Six mois plus après, les États-Unis sont pourtant les plus touchés par la pandémie. De son côté, le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, n’a pas manqué de réagir pour condamner cette gestion du Covid : "Il avait l’information. Il connaissait le danger !"

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président américain, Donald Trump, à la Maison Blanche, à Washington, le 10 août 2020.
Le président américain, Donald Trump, à la Maison Blanche, à Washington, le 10 août 2020. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)