Etats-Unis : Trump a demandé à l'Australie de l'aider à discréditer l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne de 2016

Visé par une procédure de destitution, le président américain est déjà accusé d'avoir utilisé sa position à la tête des Etats-Unis pour assurer sa réélection en ayant fait pression sur le gouvernement ukrainien.

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 30 septembre 2019.
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 30 septembre 2019. (CHRIS KLEPONIS / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)

Après l'Ukraine, l'Australie ? Le New York Times (en anglais) révèle lundi 30 septembre que Donald Trump a "récemment" demandé au Premier ministre australien, Scott Morrison, de l'aider à rassembler des informations qui lui auraient permis de discréditer l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

Le quotidien avait déjà révélé que le président américain avait fait pression sur son homologue ukrainien pour qu'il mène des investigations sur Joe Biden, son possible adversaire en 2020. Une "affaire ukrainienne" qui a décidé le camp démocrate à enclencher une procédure de destitution à l'encontre de Donald Trump.

>> Ce qu'il faut savoir sur les soupçons de collusion avec l'Ukraine, à l'origine de la procédure de destitution qui vise Donald Trump

Canberra a depuis confirmé les informations du New York Times. Dans un communiqué diffusé mardi matin, un porte-parole du gouvernement australien a déclaré que l'Australie était "toujours [prête] à aider et à coopérer avec les efforts permettant d'éclairer les sujets sous le coup d'une enquête". "Le Premier ministre a de nouveau confirmé cette disposition dans une conversation avec le président" américain, a ajouté le porte-parole.

Les renseignements australiens avaient alerté le FBI

Le HuffPost revient dans un article sur le lien entre l'enquête du procureur Mueller, Donald Trump et l'Australie. Après près de deux ans d'investigations, Robert Mueller a annoncé en avril ne pas avoir trouvé de preuve de collusion entre Moscou et l'équipe du candidat Trump. Mais le procureur général des Etats-Unis (l'équivalent du ministre de la Justice), William Barr, a par la suite annoncé qu'il se pencherait sur les origines des révélations qui avaient poussé à lancer l'enquête de Robert Mueller. Or, rappelle le HuffPost, "les renseignements australiens ont, en premier, alerté le FBI sur de possibles échanges entre l'équipe de campagne de Donald Trump et les services russes"

Pour le New York Times, la conversation entre le président américain et le Premier ministre australien "montre à quel point monsieur Trump considère le procureur général comme un partenaire essentiel : il utilise les pouvoirs d'application de la loi pour son avenir politique, régler des comptes avec ses ennemis (...) et montrer que l'enquête Mueller avait des origines corrompues et partisanes".

La Maison Blanche n'a pour l'heure pas réagi à ces nouvelles accusations. Mais le quotidien américain relève que, comme lors de l'échange ukrainien controversé, la présidence américaine aurait – démarche rare – limité l'accès à la transcription de l'appel au chef du gouvernement australien à un groupe très restreint de personnes.