EN IMAGES. Larmes de Dennis Rodman, selfie de Kim Jong-un... Le sommet Trump-Kim a eu son lot de scènes décalées

Il n'y a pas eu que les photos officielles : le sommet entre le leader nord-coréen et le président américain, à Singapour, a donné lieu à son lot d'images cocasses. 

Les sosies de Kim Jong-un et Donald Trump, Howard X et Dennis Alan, posent pour une photo à Singapour, le 8 juin 2018. 
Les sosies de Kim Jong-un et Donald Trump, Howard X et Dennis Alan, posent pour une photo à Singapour, le 8 juin 2018.  (WONG MAYE-E / SIPA)

L'histoire gardera les images des nombreuses poignées de main entre Donald Trump et Kim Jong-un. Mais le sommet qui a réuni les deux dirigeants, mardi 12 juin, à Singapour, a aussi donné lieu à des scènes cocasses, qui ont fait le bonheur des réseaux sociaux en l'absence d'informations tangibles sur le contenu des discussions.

>> Posez vos questions sur la rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong-un dans notre direct. Un spécialiste vous répond

Franceinfo revient sur ces images décalées qui ont ajouté une dose d'extravagance et d'absurdité à cette rencontre entre les deux dirigeants de nations ennemies, qui se traitaient il y a quelques mois encore de "petit homme fusée" et de "gâteux mentalement dérangé".

Le selfie improbable de Kim Jong-un 

Loin des images officielles le montrant lors d'un tir de missile ou d'un défilé militaire à Pyongyang, le dirigeant d'un des pays les plus fermés au monde est allé prendre l'air à la veille de son sommet avec Donald Trump. Le ministre des Affaires étrangères de Singapour, Vivian Balakrishnan, a tweeté un selfie de lui avec Kim Jong-un, tout sourire, lors de la visite.

Les commentateurs se perdaient lundi soir en conjectures, affirmant qu'il s'agit du premier selfie jamais réalisé avec le leader nord-coréen. "J'ai dû y regarder à plusieurs fois avant de réaliser que c'était une vraie" photo, a commenté l'expert de la Corée du Nord, Tom Fowdy. Mais ce selfie inédit n'a pas réjoui tous les internautes. "Cela vaut-il la peine de prendre une photo avec un tyran ? Honte à vous", pouvait-on lire sur Twitter.

Le basketteur Dennis Rodman ému aux larmes 

Oubliez les spécialistes en géopolitique : sur les chaînes américaines, Dennis Rodman, ex-coéquipier de Michael Jordan aux Chicago Bulls, a accaparé la scène médiatique alors que les dirigeants américain et nord-coréen étaient en pleine discussion. L'ex-basketteur revendique sa proximité avec Kim Jong-un. Il s'est en effet rendu cinq fois à Pyongyang depuis l'arrivée au pouvoir de l'héritier de la dynastie.

Sur CNN, l'ex-basketteur était interrogé au même titre que des experts du nucléaire nord-coréen, en direct de Singapour, où il est arrivé la veille au soir. Kim Jong-un "essaye de faire avancer son pays... et Donald Trump va faire du bon boulot", a-t-il déclaré, ému, coiffé d'une casquette rouge arborant le slogan de campagne de Donald Trump, "Make America Great Again"Kim "est comme un grand enfant, bien qu'il soit petit" et "je pense que Donald Trump comprend que les Nord-Coréens ont un cœur, une âme, du charisme et s'aiment les uns les autres", a-t-il ajouté. 

Le présentateur de CNN Chris Cuomo a affirmé que Dennis Rodman "est notre meilleure ressource à ce stade pour comprendre les esprits des deux hommes". "Je suis d'accord, Chris, aussi bizarre que cela puisse paraître... tout cela est atypique", a renchéri James Clapper, ancien directeur du renseignement national américain. La Maison Blanche a quand même pris le soin de préciser que si Rodman était "formidable" sur un terrain de basket, il n'aurait pas sa place dans les négociations.

Les Nord-Coréens plongés dans le noir médiatique

Alors que la planète entière a suivi en direct les déclarations des dirigeants lors de leur sommet historique à Singapour, les Nord-Coréens, pourtant premiers concernés, n'ont pas pu suivre cette rencontre historique. La télévision officielle du pays n'en a diffusé aucune image.

Les Nord-Coréens ont dû se contenter de la une du journal Rodong Sinmun, reprenant les photos de la visite nocturne de Kim Jong-un à Singapour. On y voit la ville illuminée de tous ses feux, contrastant avec le quotidien des habitants nord-coréens, souvent plongés dans le noir. 

Le faux sommet des sosies de Donald Trump et Kim Jong-un 

À l'occasion de la rencontre entre Kim Jong-un et Donald Trump, un hôtel singapourien a engagé les sosies des deux dirigeants, Howard X et Dennis Alan, pour organiser un faux sommet. Objectif, selon Howard : pousser les gens, par la satire, à discuter politique.

Les sosies de Kim Jong-un et Donald Trump, Howard X et Dennis Alan, posent pour une photo à Singapour, le 8 juin 2018. 
Les sosies de Kim Jong-un et Donald Trump, Howard X et Dennis Alan, posent pour une photo à Singapour, le 8 juin 2018.  (WONG MAYE-E / SIPA)

Le faux événement a fait la joie des photographes... mais ne semble pas sans risque pour les sosies. Howard X, le sosie du leader nord-coréen, a ainsi reconnu que son irrévérence ne rassurait pas sa famille. "La première chose qu'ils m'ont dite est 'ne te fais pas tuer'", raconte-t-il, en précisant que sa mère a souscrit pour lui une assurance-vie. "On peut dire que j'ai été gâté avec ce visage", dit-il à l'AFP. "Kim Jong-un est président à vie, contrairement à un président américain, ou un Premier ministre. J'ai devant moi une longue et juteuse carrière", s'est-il réjoui.