Election américaine : plusieurs chefs d'Etat saluent la victoire de Joe Biden, alors que Donald Trump n'a pas reconnu sa défaite

Ces félicitations sont teintées de soulagement après des relations parfois tumultueuses avec Donald Trump.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Emmanuel Macron, le 23 octobre 2020 dans le Val-d'Oise. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Félicitations !" Des chefs d'Etat du monde entier, de la France au Canada en passant par l'Allemagne, ont salué la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle américaine, samedi 7 novembre, alors même que Donald Trump n'a, lui, pas reconnu sa défaite et compte lancer de nouveaux recours juridiques. Une situation qui isole encore un peu plus le président sortant.

>> Suivez en direct les réactions à l'élection de Joe Biden comme président des Etats-Unis

Emmanuel Macron a félicité Joe Biden pour son élection et l'a appelé à agir "ensemble" pour "relever les défis d'aujourd'hui". Le président français n'a jamais rencontré le démocrate âgé de 77 ans.

En dehors de l'extrême droite, la classe politique française a dans l'ensemble salué la victoire de Joe Biden dont le succès était, selon les sondages, également espéré par une écrasante majorité de Français.

Des félicitations et du soulagement

Le premier voisin des Etats-Unis, Justin Trudeau, a félicité samedi Joe Biden et Kamala Harris, moins d'une heure après l'annonce du résultat par les grands médias américains. "Je suis impatient de travailler avec le président élu Biden, la vice-présidente Harris, leur administration et le Congrès des Etats-Unis pour que nous puissions relever ensemble les plus grands défis mondiaux", a écrit le Premier ministre canadien dans un communiqué.

Cette réaction rapide de Justin Trudeau contraste avec la prudence qu'il a affichée pendant toute la campagne électorale américaine. Il s'est toujours refusé à commenter directement les prises de position controversées de Donald Trump, avec lequel il entretient une relation émaillée de nombreux soubresauts.

La chancelière allemande Angela Merkel a insisté sur la relation transatlantique "irremplaçable" après avoir félicité Joe Biden pour sa victoire. "Félicitations ! Je lui souhaite de tout mon cœur chance et succès", s'est réjouie la dirigeante, qui a entretenu des relations délicates avec Donald Trump.

La dirigeante conservatrice, qui, avant Joe Biden, a déjà travaillé avec trois présidents américains, a également félicité Kamala Harris, soulignant qu'il s'agissait "de la première vice-présidente élue de son pays". L'Allemagne, qui entretient traditionnellement une relation étroite avec les Etats-Unis, a subi durant quatre ans des critiques récurrentes et parfois véhémentes de Donald Trump, notamment sur sa contribution au budget de l'Otan et sur l'excédent commercial allemand.

La "vitalité démocratique" des Etats-Unis

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a lui aussi félicité Joe Biden et Kamala Harris pour son "succès historique". "Les Etats-Unis sont nos alliés les plus importants et j'ai hâte de coopérer étroitement sur nos priorités communes, du changement climatique au commerce et à la défense", a tweeté Boris Johnson.

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a félicité "le peuple américain et ses institutions pour leur preuve exceptionnelle de vitalité démocratique", assurant vouloir travailler avec le président élu Joe Biden pour "renforcer la relation transatlantique".

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, ont félicité Joe Biden, insistant sur la volonté de l'UE de rebâtir avec les Etats-Unis un "partenariat solide" après une relation conflictuelle sous le mandat de Donald Trump. "L'UE est prête à s'engager pour un partenariat transatlantique solide. Covid-19, multilatéralisme, climat et commerce international sont des défis à affronter ensemble", a tweeté Charles Michel.

Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a de son côté félicité dimanche matin Joe Biden pour sa victoire, en qualifiant le leader démocrate de "grand ami d'Israël""J'espère pouvoir, avec vous deux (Joe Biden et Kamala Harris) approfondir encore davantage l'alliance spéciale qui lie les Etats-Unis et Israël", a ajouté le dirigeant israélien, qui avait déjà qualifié Donald Trump de "meilleur ami qu'Israël n'a jamais eu à la Maison Blanche".

Une occasion pour Washington "de se rattraper"

Le président afghan, Ashraf Ghani, a souhaité un renforcement des liens entre Kaboul et Washington dans la lutte contre le terrorisme et le processus de paix. 

Le dirigeant iranien, Hassan Rohani, a appelé Joe Biden à saisir "une occasion de (...) revenir sur la voie de l'adhésion aux engagements internationaux". L'actuel président américain était sorti de l'accord international sur le nucléaire iranien, conclu à Vienne en 2015, et avait imposé des sanctions économiques contre l'Iran. "Le futur gouvernement américain a maintenant une occasion de se rattraper après les erreurs passées", a déclaré Hassan Rohani, selon un communiqué officiel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.