Donald Trump prend la défense du juge Brett Kavanaugh après de nouvelles accusations

D'après le "New York Times", Brett Kavanaugh a exhibé son sexe lors d'une soirée arrosée, quand il était étudiant à Yale dans les années 1980, et des amis l'ont poussé à le placer dans la main d'une étudiante.

Le président améicain Donald Trump et le juge à la Cour suprême Brett Kavanaugh, le 8 octobre 2019 à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis).
Le président améicain Donald Trump et le juge à la Cour suprême Brett Kavanaugh, le 8 octobre 2019 à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis). (JIM WATSON / AFP)

Brett Kavanaugh a fini par être élu juge à la Cour suprême des Etats-Unis, malgré l'accumulation d'accusations d'agressions sexuelles portées à son encontre par des femmes. Mais le magistrat, choisi par Donald Trump pour faire basculer la haute cour dans le camp conservateur, n'en a pas fini avec le scandale. 

Le New York Times (en anglais) révèle, dimanche 15 septembre que, quand il était étudiant à la prestigieuse université de Yale dans les années 1980, Brett Kavanaugh a exhibé son sexe lors d'une soirée arrosée, et que des amis l'ont ensuite poussé à placer son pénis dans la main d'une étudiante.

Un témoignage écarté par le FBI, selon le "New York Times"

Le quotidien donne le nom d'un témoin de la scène qui avait rapporté l'incident à la police fédérale et à des sénateurs il y a un an, au moment où d'autres accusations avaient émergé contre Brett Kavanaugh. Mais selon le journal, le FBI, chargé d'enquêter, n'avait pas donné suite à son témoignage, selon le journal.

Comme il l'avait fait il y a près d'un an, lors de la tumultueuse confirmation de son champion, le président américain a de nouveau défendu son juge, avec vigueur et sans réserves. "Les démocrates de la gauche radicale et leurs partenaires des médias pipeaux repartent à l'attaque de Kavanaugh (...). Il est innocent et a été traité de manière HORRIBLE", a tweeté Donald Trump.

"Brett Kavanaugh devrait commencer à lancer des poursuites en diffamation ou le ministère de la Justice devrait venir à sa rescousse", a ajouté le milliardaire, en dénonçant des mensonges "incroyables".