Trump menace le patron du FBI limogé : "Il ferait bien d'espérer qu'il n'existe pas d''enregistrements' de nos conversations"

Selon le président américain, James Comey aurait nié l'existence pourtant avérée d'enquêtes du FBI contre lui et sa campagne présidentielle, au cours de trois discussions.

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, dans le jardin de la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 28 avril 2017.
Le président des Etats-Unis, Donald Trump, dans le jardin de la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis), le 28 avril 2017. (SAUL LOEB / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Après le limogeage surprise, les menaces. Dans un tweet, vendredi 12 mai, Donald Trump a mis en garde l'ancien patron du FBI James Comey, congédié mardi : "James Comey ferait bien d'espérer qu'il n'existe pas d''enregistrements' de nos conversations avant qu'il ne commence à faire des révélations à la presse !"

Le président des Etats-Unis fait référence à trois conversations, deux au téléphone et l'une lors d'un dîner, durant lesquelles James Comey aurait, selon lui, nié l'existence pourtant avérée d'enquêtes du FBI contre lui et sa campagne présidentielle. Donald Trump avait évoqué l'existence de ces conversations dans un entretien télévisé jeudi.

Comey aurait refusé de jurer sa loyauté à Trump

Dans son message, Donald Trump semble suggérer que ses discussions avec le patron du FBI aient pu être enregistrées. Le Washington Post (en anglais) note que l'usage de guillemets autour du mot "enregistrements" pourrait signifier qu'il ne s'agit pas forcément d'un enregistrement audio ou vidéo mais de traces de la conversation au sens plus large.

Toujours selon le Washington Post, le tweet du président est "probablement" une réaction à un article du New York Times. Celui-ci affirme que Donald Trump a demandé à James Comey, lors d'un dîner en janvier, de l'assurer de sa loyauté. Celui qui était alors patron du FBI dit avoir refusé, se contentant de déclarer qu'il serait toujours honnête. "James Comey pense aujourd'hui que cette conversation présageait sa chute", écrit le journal.

En tant que directeur du FBI, James Comey dirigeait une enquête, toujours en cours, au sujet des liens entre la campagne de Donald Trump et la Russie, raison pour laquelle son limogeage par le président américain a provoqué un tollé. Jeudi, Donald Trump a reconnu qu'il avait pris sa décision en pensant notamment à "cette histoire avec Trump et la Russie", une "histoire inventée" selon lui.