Donald Trump assure que, sans son intervention, Hong Kong aurait été "anéanti en 14 minutes"

Alors que le territoire autonome connaît depuis le mois de juin le plus long mouvement de protestation depuis sa rétrocession à la Chine, le président américain a assuré avoir mis dans la balance l'accord commercial entre Pékin et Washington.

Le président américain, Donald Trump, à la Maison Blanche, le 21 novembre 2019.
Le président américain, Donald Trump, à la Maison Blanche, le 21 novembre 2019. (STEFANI REYNOLDS / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)

"Sans moi, Hong Kong aurait été anéanti en 14 minutes. Il [Xi Jinping] a un million de soldats en position à l'extérieur de Hong Kong, ils n'y vont pas uniquement parce que je le lui ai demandé." Donald Trump a assuré, vendredi 22 novembre, que l'armée chinoise n'était pas intervenue pour réprimer les manifestations uniquement parce qu'il l'avait réclamé à son homologue chinois. Dans le territoire semi-autonome de Hong Kong, les manifestations sont quasi-quotidiennes pour dénoncer, notamment, l'emprise de plus en plus pesante de Pékin sur les affaires de Hong Kong.

Le locataire de la Maison Blanche a assuré avoir mis dans la balance l'accord entre Pékin et Washington, toujours en négociation pour mettre fin à la guerre commerciale enclenchée par Donald Trump. "Vous feriez une grave erreur. Cela aura un effet terriblement négatif sur l'accord commercial", a poursuivi le président américain sur la chaîne Fox News, citant une conversation qu'il dit avoir eue avec le président chinois. "Nous sommes en train d'essayer de trouver le plus grand accord commercial de l'histoire. Si nous pouvions le faire, ce serait formidable. La Chine le souhaite", a-t-il assuré.

"Je soutiens aussi le président Xi"

Ces déclarations du président américain interviennent au surlendemain de l'adoption par le Congrès américain d'une résolution soutenant les "droits humains et la démocratie" à Hong Kong face à Pékin et menaçant de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l'ancienne colonie britannique. Cette résolution, qui a suscité l'ire de Pékin, doit encore être signée par Donald Trump pour être promulguée.

Le président Trump va-t-il mettre son veto à ce texte soutenant les manifestants de Hong Kong ? A cette question, Donald Trump a répondu : "Nous devons soutenir Hong Kong, mais je soutiens aussi le président Xi." Une façon de résumer la complexité de l'équation dans laquelle il se trouve.