G7 : la France supprimera la taxe sur les Gafa lorsqu'un "accord sur la fiscalité internationale" aura été trouvé, annonce Macron

Les dirigeants des pays du G7 doivent donner une série de conférence de presse, lundi, dernier jour du sommet à Biarritz.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

La France a trouvé un "très bon accord" avec les Etats-Unis sur la taxe sur les Gafa, s'est félicité Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse conjointe avec Donald Trump, lundi 26 août, en clôture du G7. "Ce que la France veut, ce n'est pas mettre en place cette taxe, c'est régler le problème international. (...) Nous avons acté le fait que nous allons travailler pour trouver un accord, en 2020, pour moderniser les règles de la fiscalité internationale dans le cadre de l'OCDE, a expliqué le chef de l'Etat. Le jour où on a cette fiscalité internationale, la France supprime tout projet de taxe. (...) Et tout ce qui a été payé au titre de cette taxe [française] sera déduit de cette taxe internationale."

L'Iran, invité surprise du G7. Le président français a surtout réussi un coup diplomatique en faisant venir, dimanche, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, à Biarritz, pour parler de la crise iranienne. Ce dernier a rencontré Emmanuel Macron et son homologue français Jean-Yves Le Drian ainsi que des représentants des deux autres pays européens, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Donald Trump a confirmé avoir été averti en amont de cette visite.

Une aide d'urgence pour l'Amazonie. Les pays du G7 vont débloquer une aide d'urgence de 20 millions d'euros pour lutter contre les incendies qui ravagent la forêt amazonienne, a annoncé Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat a également annoncé "un soutien militaire français" dans la région, "dès les prochaines heures".

Macron invité du JT de France 2. Pour clore cette séquence, Emmanuel Macron sera interrogé lundi soir lors du journal de France 2, dans une volonté de rendre compte aux Français des résultats du sommet.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #G7

21h05 : Sur Twitter, Donald Trump remercie la France pour l'organisation du G7 à Biarritz. On reconnaît bien la réalisation toute américaine.

20h50 : Comme on dit pour le ballon rond, Stanislas Guérini (LREM) et Clémentine Autain (LFI) n'ont pas vu le même match.

20h48 : C’est la première fois que nous sommes aussi proche d’un sommet qui est aux premiers abords technique. Le président fait un effort de pédagogie incroyable et des progrès sur les dossiers sont possibles !

20h48 : Pédagogue, proche et dynamique. Un président à la hauteur. Bravo !

20h48 : Plusieurs d'entre vous ont trouvé le président très pédagogue lors de cette interview qui a duré environ 40 minutes.

20h47 : #MACRON @anonyme Effectivement, il s'agit d'une montre française dont le bracelet est fait avec des filets de pêche recyclés.

20h47 : C'est la montre G7 d'une entreprise française !!

20h46 : Le Pin's symbolise le phare de Biarritz Avec le G7 !

20h45 : #MACRON @Hélène et @Marine Pour le pin's, je confirme, pour la montre, j'avoue que je n'ai pas eu le temps de voir ça en détail. Je vous tiens au courant dès que j'en sais plus :-)

20h45 : #MACRON Bonsoir. Connaissez vous la marque de la montre de notre président qu’il porte ce soir?

20h44 : #MACRON Bonjour, Que porte M. Macron sur sa veste ? (Je parle du « pin’s ») merci !

20h45 : L'interview d'Emmanuel Macron s'achève... Et force est de constater que c'est la tenue du président de la République qui vous passionne dans les commentaires :-)

20h43 : "On indemnisera les commerçants qui ont eu à subir des pertes importantes", promet Emmanuel Macron en guise de conclusion. Le centre-ville a été bunkérisé pendant le sommet.

20h43 : Emmanuel Macron promet donc une "grande consultation" dès la semaine prochaine, qui sera menée par le Premier ministre.

20h41 : "On est en train de créer un régime universel où on va enlever les injustices. En 2025, quand le régime entrera en vigueur, il sera équilibré financièrement, et il sera juste en terme de cotisation."

20h40 : "On a créé plein d'injustice, notre système de retraites est devenu corporatiste. (...) Si on fait une réforme comme d'habitude en décalant l'âge de la retraite, ce ne serait pas juste."

20h48 : "En méthode, rien n'est décidé [concernant la réforme des retraites]. Nous entamons une réforme en profondeur. (...) J'ai pris un engagement avec les Français, celui de refonder le système des retraites de façon simple."

20h42 : "Il faut que le calme revienne", estime Emmanuel Macron, qui souligne que la liberté de manifester existe en France, tout comme celle de s'exprimer. Il promet une "réflexion profonde" sur le maintien de l'ordre.

20h36 : "Ce que nous devons faire, c'est mener toutes les enquêtes administratives. Et quand des sanctions doivent être prises, qu'elles le soient."

20h35 : "Le pire a été évité", estime Emmanuel Macron, qui souligne qu'il n'y a pas eu de tué lors du mouvement des "gilets jaunes".

20h34 : "Tout au long de cette période, la violence était telle qu'il n'était pas possible de dire 'on arrête les LBD'... Et on n'aurait peut-être pas pu contenir les gens qui voulaient brûler des préfectures."

20h33 : "Il faut rappeler ce que nous avons vécu (...) des scènes de violence extrême contre les forces de l'ordre, des journalistes, des citoyens, des commerces, des symboles de la République. (...) La première chose inacceptable, c'est la violence. Le premier travail, ça a été de changer la doctrine du maintien de l'ordre, pour mieux contenir les choses."

Emmanuel Macron est interrogé sur sa remarque du bilan des victimes lors du mouvement des "gilets jaunes" après sa remarque suivant son entretien avec Vladimir Poutine il y a une semaine.

20h33 : "Nous on veut un accord qui nous protège [après le Brexit]. Sans ça, par la Grande Bretagne [si on suit ce que veut Boris Johnson] n'importe quel bien peut arriver dans l'Union Européenne." Comme un produit à base d'OGM, par exemple.

20h27 : Emmanuel Macron "promet" que le Brexit n'a pas été abordé lors du sommet, mais uniquement lors de la venue de Boris Johnson à Paris jeudi.

20h33 : #MACRON "Ce n'est pas moi qui ait changé, c'est [Bolsonaro] qui n'a pas respecté sa parole. En l'état, je ne signerai pas le texte [de l'accord avec le Mercosur]."

20h26 : "Le texte [de l'accord avec le Mercosur] doit être retravaillé. (...) Je n'avais jamais donné mon accord complet."

Emmanuel Macron compare avec le Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada, où les pays sont rentrés dans le texte pour l'améliorer.

20h26 : Sur l'accord avec les pays du Mercosur, Emmanuel Macron explique sur France 2 pourquoi il avait d'abord signé le texte : "La France a été la plus dure [dans la négociation], et c'est souvent le cas, pour protéger notre agriculture et le climat. On a aussi mis des clauses de sauvegarde : si ça déséquilibre notre agriculture, on n'applique plus."

20h23 : "Le soja, on en a besoin en Europe, notamment pour nourrir les animaux. Nous n'en avons pas. C'est le fruit d'un vieil équilibre conclu dans les années 1960 entre l'Europe et les Etats-Unis", souligne Emmanuel Macron. "Nous devons recréer la souveraineté protéinique de l'Europe."

20h22 : Emmanuel Macron souligne que Jair Bolsonaro a encouragé des programmes de déforestation, et les feux se sont multipliés (+90% selon le président français). Confronté à la question du soja brésilien, massivement importé par la France, Emmanuel Macron a reconnu : "On a une part de complicité."

20h19 : "La forêt amazonienne nous aide à absorber les émissions de CO2. Et en brûlant, elle libère tout le CO2 qu'elle avait accumulé. Il y a 9 pays en Amazonie, dont la France. Chaque pays est concerné, mais compte tenu de l'enjeu, nous sommes tous concernés dans l'ensemble de la planète."

20h20 : "Je me dois d'être respectueux envers mes homologues. (...) Je distingue les peuples des dirigeants. Le Brésil est un grand peuple, un grand pays. L'attitude de Jair Bolsonaro n'est pas digne d'un dirigeant. Je ferai cela, les Français auraient honte."

Le président de la République ne tombe pas dans l'invective face à son homologue brésilien, qui s'est moqué de Brigitte Macron sur Facebook.

20h17 : "Je n'ai pas fait une déclaration de 15 pages que personne n'a lu et que je n'ai pas écrite. On a écrit une page sur tout ce sur quoi on était d'accord."

Lors du précédent sommet, Donald Trump avait désavoué la déclaration finale en un tweet. Emmanuel Macron se veut confiant pour cette édition, vu que le président américain a contribué à la rédaction.

20h14 : "Donald Trump doit toujours garder [une marge de manœuvre sur les vins français]. Tant qu'il n'a pas obtenu d'accord, il ne peut pas dire qu'il ne le fera pas."

Le président est revenu sur la boutade évasive de Donald Trump, qui a assuré que son épouse "adore le vin français" sans promettre de ne pas les taxer à l'importation.

20h12 : Le président reconnaît que les discussions entre les Etats-Unis et la Chine n'ont pas produit de résultats spectaculaires, alors que le spectre de la guerre commercial pointe.

20h16 : "C'est quoi un sommet utile ?" Emmanuel Macron se félicite d'un sommet de "discussions ouvertes entre les sept plus grands pays industrialisés qui partagent des valeurs démocratiques". "Je peux dire qu'on a parlé de tout", poursuit le président, qui se réjouit que les leaders mondiaux n'aient pas "anônné des fiches de notes".


20h08 : "Pas un coup de poker [d'inviter le ministre iranien] mais c'est le rôle de la France de faire des médiations."

20h08 : "On n'a pas eu la même stratégie avec le président Trump. Nous sommes restés dans l'accord, lui a dit 'ça ne me suffit pas' et il a appliqué des sanctions contre l'Iran. (...) On est à un point de rupture. Si on continue comme ça, les Iraniens vont encore plus sortir du traité, et continuer à enrichir de l'uranium".

Emmanuel Macron explique la stratégie de la France pour "éviter l'embrasement". "Je ne veux pas qu'il y ait cette escalade. On teste des idées, et on voit ce qui marche. (...) On essaie d'arriver à un accord. On y est pas, mais on a réussi à faire baisser la pression."

20h08 : "[La venue du ministre iranien], ce n'était pas un coup de poker, mais c'était notre rôle d'essayer."

Première question d'Anne-Sophie Lapix sur l'Iran. Le président de la République explique avoir invité le ministre après une première rencontre avec Donald Trump. "La France essaie de faire de la médiation. Le général de Gaulle disait que la diplomatie, c'était de faire tenir ensemble des vitres brisées."

20h01 : A 20 heures, et avant l'interview d'Emmanuel Macron, on fait le point sur l'actualité de ce soir :

• Le sommet du G7 s'est terminé à Biarritz cet après-midi. Ce qu'il faut retenir de ce G7 est à retrouver dans notre article. Emmanuel Macron est l'invité du "20 heures" de France 2 ce soir. Son intervention est à suivre en direct ici.

• Tendues depuis des semaines, les relations entre les autorités françaises et brésiliennes se sont brutalement dégradées ces derniers jours, avec un échange d'insultes et de propos fort peu diplomatiques, sur fond de crise environnementale et politique. Membres du G7, LVMH et Leonardo Di Caprio promettent des millions d'euros d'aide. L'aide promise s'élève à plus de 50 millions d'euros, ce soir.

• La circulation différenciée, mise en place en raison d'un épisode de pollution à l'ozone, a été reconduite pour mardi dans l'agglomération parisienne et dans la métropole lilloise, ont annoncé lundi la préfecture de police de Paris et la préfecture du Nord.

• Harvey Weinstein, le producteur de cinéma déchu déjà poursuivi pour deux agressions sexuelles, a plaidé non coupable devant un juge à New York de deux nouvelles accusations d'agressions sexuelles. Le début de son procès a été reporté au 6 janvier 2020.

18h59 : Emmanuel Macron s'est félicité une nouvelle fois d'avoir tenu le sommet du G7 à Biarritz avec un budget parmi "les moins chers de l'histoire"."En 2011 [lors du G8 à Deauville], 31 millions d'euros ont été dépensés contre 21 millions pour celui-ci. Nous avons été économes parce que responsables. Il faut que nos citoyens comprennent que ces sommets sont utiles et nous permettent d’agir."

18h51 : "Ce qu'on a réussi à obtenir sur la Libye et l'Iran, c'est important. Nous n'avons pas tout réglé, mais avons fait deux pas dans la bonne direction."

18h54 : Durant cette ultime conférence de presse, Emmanuel Macron avoue avoir demandé un délai à la présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, pour proposer un nom de candidat français au poste de commissaire européen. Il sera annoncé demain matin, selon le président.

18h36 : Les dirigeants des pays du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Canada) se sont quittés ce soir, après trois jours de réunions à Biarritz. Franceinfo vous résume ce qui en est sorti dans cet article.



(MIHO IKEYA / YOMIURI / AFP)

18h23 : Emmanuel Macron annonce qu'un sommet réunissant les dirigeants ukrainien, russe, allemand et français aurait lieu en septembre pour avancer vers la paix en Ukraine.

18h19 : Les codes diplomatiques "sont en train de voler en éclats", explique sur franceinfo Philippe Moreau-Chevrolet, professeur en communication politique à Sciences-Po, après les propos irrespectueux du président brésilien sur Brigitte Macron.

18h26 : Le G7 appelle à "éviter les violences" à Hong Kong, précise le communiqué final.

18h26 : "La discussion n'a pas permis de dégager un consensus sur le retour de la Russie au G7", estime Emmanuel Macron, alors que Donald Trump a annoncé qu'il pourrait inviter le président russe Vladimir Poutine au prochain sommet qui aura lieu en 2020 aux Etats-Unis malgré l'exclusion de la Russie en 2014.