Etats-Unis : "il pourrait y avoir d'autres paquets", déclare le patron du FBI après l'arrestation d'un suspect dans l'affaire des colis piégés

Depuis lundi, des colis contenant des bombes artisanales ont été envoyés à plusieurs personnalités publiquement anti-Trump.

Des policiers sécurisent un secteur de Manhattan (New York) où un colis suspect a été intercepté, le 26 octobre 2018.
Des policiers sécurisent un secteur de Manhattan (New York) où un colis suspect a été intercepté, le 26 octobre 2018. (MIKE SEGAR / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Un suspect a été arrêté près de Miami dans le cadre de l'enquête sur les colis piégés adressés à des personnalités démocrates et des détracteurs de Donald Trump, selon une porte-parole du ministère américain de la Justice, vendredi 26 octobre. Le ministre de la Justice, Jeff Sessions, a annoncé qu'il avait été inculpé de cinq chefs d'accusation et qu'il risquait 58 ans de prison. C'est la première arrestation depuis le début de l'enquête, alors que le nombre de colis suspects retrouvés depuis lundi est grimpé à treize, selon le décompte du FBI, qui estime qu'il pourrait "y avoir d'autres paquets".

Des fouilles dans un centre postal. Des agents du FBI ont mené des fouilles dans un centre postal situé près de Miami afin de déterminer l'identité du ou des expéditeurs des colis piégés adressés cette semaine à des personnalités démocrates et des critiques du président américain Donald Trump.

Plusieurs colis suspects envoyés. La police fédérale a confirmé cette semaine que des colis contenant des bombes artisanales avaient été adressés à George Soros, Robert De Niro, Joe Biden, Barack Obama, Hillary Clinton, l'ex-ministre de la Justice d'Obama Eric Holder, la députée démocrate californienne Maxine Waters, et la chaîne CNN. Au total, il y avait 13 colis. "Il pourrait y avoir d'autres paquets", a déclaré le chef du FBI, Christopher Wray.

Donald Trump attaque les médias.  Après avoir appelé les Américains au "rassemblement", Donald Trump a repris ses attaques contre les médias. "Une grande partie de la colère que nous voyons aujourd'hui dans notre société est causée par le traitement intentionnellement inexact et imprécis des médias traditionnels, que j'appelle les 'fake news'", a-t-il affirmé sur Twitter.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ETATS_UNIS

18h35 : "Nous devons montrer au monde que nous restons unis."

18h35 : "Je suis heureux de vous apprendre qu'un suspect a été arrêté. Ces actes de terrorisme sont méprisables et n'ont pas de place dans notre pays."

Donald Trump prend la parole au sujet des colis suspects envoyés à des personnalités anti-Trump.

17h43 : Selon les médias américains, un homme âgé d'une cinquantaine d'années a été interpellé en Floride. Cette interpellation a eu lieu sur le parking d'un magasin de pièces détachées à Plantation, au nord de Miami. Les chaînes de télévision montrent des agents fédéraux en train d'embarquer un van blanc recouvert d'une bâche bleue.

17h16 : Une porte-parole du ministère américain de la Justice confirme sur Twitter l'arrestation d'un suspect dans l'enquête sur les douze colis suspects adressés à des personnalités anti-Trump. C'est la première arrestation depuis le début de l'affaire, il y a trois jours.

17h03 : Selon NBC News, cette arrestation dans l'enquête sur les bombes artisanales envoyées à des personnalités opposées à Donald Trump, a eu lieu en Floride.

16h59 : Selon CNN, qui cite des sources policières un homme a été arrêté dans l'enquête sur la douzaine de colis suspects envoyés à des personnalités démocrates opposées à Donald Trump.

16h44 : "Il y a quelque chose de plus puissant que les bombes: c'est votre bulletin de vote. Les gens DOIVENT voter."

Visé par un colis suspect, comme une dizaine d'autres détracteurs de Donald Trump, Robert de Niro appelle les Américains à répondre à cette vague d'intimidation en participant aux élections législatives de mi-mandat, le 6 novembre. prochain.

16h42 : "Les républicains se débrouillent très bien lors des votes anticipés et des scrutins. Désormais, cette affaire de 'bombe' se produit et la dynamique ralentit considérablement - les infos ne parlent pas de politique. Très malheureux, ce qui se passe. Républicains, sortez et votez !"

16h36 : Donald Trump vient de signer un nouveau tweet controversé. Le président américain déplore cette "affaire de 'bombe'", "très malheureuse", qui "ralentit considérablement la dynamique" des républicains dans la campagne des élections de mi-mandat.

16h20 : @anonyme : Si c'est une plaisanterie, vous conviendrez qu'elle est de très mauvais goût. La police américaine prend l'affaire très au sérieux. Elle est lancée dans une vaste chasse à l'homme pour retrouver le ou les responsables de l'envoi de douze colis suspects à des personnalités anti-Trump. Mais trois jours après la découverte du premier engin explosif, le mystère reste entier sur leur identité. Et personne n'a encore été arrêté. Seule certitude, le dossier a considérablement tendu le climat à l'approche des législatives américaines de mi-mandat.

16h19 : Les enquêteurs américains ont-ils des pistes ? Plaisantin ou vraie affaire ?

16h19 : @Ju2 : La police américaine a confirmé hier que tous les colis suspects découverts jusqu'à présent contenaient des engins explosifs artisanaux.

16h19 : Mais concrètement, est-ce que ces colis suspects sont capables de causés des dégâts ? Ou cela ressemble-t-il plutôt à des avertissements ? Car 12 colis qui ne sont que des "ratés", soit le mec n'est pas doué, soit il veut seulement faire peur...

15h48 : Voici une photo du déploiement policier à New York après la découverte de ce 12e colis suspect. La police new-yorkaise a confirmé répondre à une alerte dans un bureau de poste situé à quelques rues des bureaux de CNN, au cœur de Manhattan.



(KENA BETANCUR / AFP)

15h08 : Un douzième colis suspect vient d'être découvert à Manhattan, selon NBC News qui cite la police de New York. Il était destiné à James Clapper, directeur de la National Intelligence sous la présidence de Barack Obama.

14h54 : Un nouveau colis suspect a été découvert. Cette fois encore en Floride. Il était adressé au sénateur démocrate Cory Booker. Le FBI confirme qu'il est similaire à ceux retrouvés ces derniers jours.

09h35 : Dans une tribune publiée par The Washington Post (en anglais), la célébrité transgenre Caitlyn Jenner, militante républicaine de longue date, dit regretter d'avoir soutenu le président Donald Trump. Elle lui reproche d'"attaquer continuellement la communauté des transgenres".

07h03 : Une équipe de déminage et une brigade canine ont procédé, cette nuit, à l'examen d'un centre de distribution postale situé près de Miami, où, selon les enquêteurs, certains des colis piégés ont été traités. Des membres du FBI étaient également sur place.