VIDEO. Regardez l'intégralité de la conférence de presse de Donald Trump, la première depuis son élection

Donald Trump a pris la parole face à la presse pour la première fois depuis son élection, mercredi, au lendemain de la publication d'un rapport prétendant que la Russie détient des informations compromettantes sur lui.

Voir la vidéo
avatar
Elise LambertLouis SanMathieu DehlingerFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Donald Trump a tenu, mercredi 11 janvier, sa première conférence de presse depuis son élection à la tête des Etats-Unis en novembre. Le milliardaire s'est exprimé au lendemain de la publication d'un rapport affirmant que la Russie détient des informations compromettante sur lui, des informations non confirmées.

A la tribune, Donald Trump a affirmé que ce rapport avait été "inventé" par ses ennemis. Il a également affirmé, pour la première fois, que la Russie était à l'origine du piratage du parti démocrate. Il a également promis d'être "le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé".

Un rapport explosif mais contesté. Le document publié mardi par Buzzfeed est une série de notes d'un ancien agent du contre-espionnage britannique, rédigées pour les opposants de Trump. Il affirme notamment que la Russie détient des informations compromettantes sur le président élu des Etats-Unis. Son contenu est jugé sufisamment préoccupant pour que le renseignement américain informe Donald Trump et Barack Obama de son contenu, mais ses affirmations n'ont pas été vérifiées de façon indépendante.

L'Amérique change de visage. Après huit années de mandat, Barack Obama a dit au revoir à ses concitoyens, mardi soir, lors d'un grand discours à Chicago. Le démocrate doit officiellement passer le relais à son successeur le vendredi 20 janvier, lors de la traditionnelle cérémonie d'investiture organisée à Washington, la capitale américaine.

Une première en cinq mois. Donald Trump n'avait pas tenu de conférence de presse depuis fin juillet 2016, lors de la convention républicaine, destinée à entériner sa candidature, rappelle le Washington Post (en anglais). Un face-à-face avec la presse était initialement envisagé en décembre, avant d'être finalement reporté.

Un grand oral en pleine organisation du gouvernement. Donald Trump a pris la parole au moment-même où sa future équipe est interrogée par le Sénat, explique Quartz (en anglais) : la chambre, à majorité républicaine, doit valider la nomination des membres du cabinet sélectionnés par le président élu. Les auditions ont débuté mardi.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ETATS_UNIS

19h24 : Voici, en vidéo, l'intégralité de la première conférence de presse de Donald Trump depuis son élection.

(FRANCEINFO)

18h57 : La chaîne américaine CNN va-t-elle encore interroger Donald Trump ? Cela semble compliqué, d'après ce qu'indique Jim Acosta, reporter de CNN, à USA Today. Le futur responsable presse du milliardaire, lorsqu'il sera à la Maison Blanche, lui a dit qu'il le jetterait dehors s'il tentait encore de poser des questions lors des conférences de presse.

18h45 : BRAVO monsieur TRUMP

18h45 : Consternant et très inquiétant.

18h45 : Dans les commentaires, la première conférence de Donald Trump divise. Certains font part de leur inquiétude. D'autres félicitent le milliardaire.

18h31 : Je vous laisse à présent en compagnie de Louis San. Merci à vous d'avoir suivi cette conférence de presse en notre compagnie. Si vous l'avez ratée, nous allons en publier très bientôt un résumé. Très bonne soirée !

18h35 : Cette conférence de presse a, en tout cas, été très surprenante, marquée par une ambiance parfois très tendue entre Donald Trump et les médias présents. Difficile à suivre aussi, car le président élu, habitué à faire des digressions, est régulièrement passé d'un sujet à l'autre...

18h21 : "Ces papiers ne représentent qu'une partie de toutes les sociétés qui vont être accueillies dans le trust géré par mes fils. J'espère que je reviendrai pour leur dire qu'ils ont fait du bon boulot et sinon je leur dirai : 'Vous êtes virés'."

On sait désormais ce qu'était tous ces dossiers à côté du pupitre de Donald Trump. C'est ainsi que le président élu achève sa conférence de presse.



(FRANCEINFO)

18h17 : Consternante, affolante, irréaliste, cette conférence de presse !

18h16 : Dans les commentaires, comme pour certains journalistes, un mot revient pour qualifier cette conférence de presse de Donald Trump : "Surréaliste."

18h16 : "La Russie doit mieux respecter notre pays. Il le respectera bien davantage quand je serai au pouvoir."

#TRUMP Les journalistes continuent d'interroger Donald Trump sur son attitude vis-à-vis de Moscou.

18h15 : #TRUMP La scène est surréaliste : le ton est monté entre Donald Trump et un journaliste de CNN présent dans la salle. "Je ne vous donne pas la parole, vous donnez de fausses infos", a dénoncé le président élu. Il reproche à la chaîne et au site Buzzfeed d'avoir évoqué les notes de renseignement prétendument compromettantes pour lui.

18h13 : "'Obamacare' est une catastrophe, on va le faire disparaitre, vient de déclarer Donald Trump. Nous allons présenter un projet et 'Obamacare' sera abrogé et remplacé. Nous allons avoir un système de soins de santé beaucoup moins cher et bien meilleur."




(FRANCEINFO)

18h12 : "Le Mexique paiera pour le mur."

#TRUMP C'est l'une des promesses majeures de Donald Trump : construire un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, pour empêcher le passage d'immigrés clandestins. Le président élu persiste : c'est le pays voisin qui règlera la facture, affirme-t-il. Il affirme que des négociations commenceront dès le début de son mandat.

18h04 : #TRUMP "Je ne sais pas si je vais m'entendre personnellement avec Vladimir Poutine, je n'en sais rien. Mais je pense que oui", assure Donald Trump.

(FRANCEINFO)

18h02 : "Vous voulez partir avec votre usine ? Vous croyez que vous allez l'installer au Mexique ? [Et vendre vos produits aux Etats-Unis]. Cela n'arrivera pas. Pas sans payer des taxes."

Fidèle à sa campagne, Donald Trump poursuit sur sa ligne protectionniste : il met en garde les entreprises installées aux Etats-Unis qui envisageraient de délocaliser leur production.




(FRANCEINFO)

17h59 : "Nous allons avoir un système de santé bien moins cher et meilleur."

Donald Trump promet un nouveau plan pour l'assurance-maladie, mais ne donne pas de détails sur le dispositif.

17h59 : "'Obamacare' est un désastre, une catastrophe pure et simple."

Donald Trump dénonce, à présent, la réforme du système de santé menée par Barack Obama, qu'il souhaite abroger. Elle a pourtant permis de couvrir des millions d'Américains jusqu'à présent privés d'assurance-maladie. Par quoi va-t-il la remplacer ? On ne sait pas vraiment pour l'instant.

17h57 : "C'est ce que je cherche dans ce gouvernement, c'est à avoir les meilleurs, parce qu'on est à la traîne, on ne signe plus de bons accords commerciaux."

Au-delà de sa propre entreprise, Donald Trump est-il menacé par les conflits d'intérêts de son futur gouvernement ? Le président élu n'est visiblement pas très inquiet.

17h55 : "Donald Trump va démissionner de tous ses postes au sein des entités liées au groupe Trump", précise l'avocate appelée sur scène pour détailler la future organisation du business du président élu.



(FRANCEINFO)

18h00 : Le président américain élu a lancé à un journaliste : "Ce n'est pas que la Russie, je suis aussi germophobe en plus que d'être tout ce que vous voulez (...) en plus de tout, j'ai aussi horreur des microbes", a-t-il poursuivi à propos de la publication de notes de renseignement supposées compromettantes à son égard portant sur une vidéo à caractère sexuel.

(FRANCEINFO)

17h45 : Donald Trump affirme avoir cédé son empire à ses deux fils, Eric et Donald Jr. Une avocate est à présent sur scène pour détailler le montage prévu durant sa présidence.



(SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

17h41 : Donald Trump affirme même avoir refusé des contrats avec Dubaï pour une valeur totale de deux milliards de dollars. "Je n'avais pas à le faire", assure-t-il.

17h44 : "En tant que président, je pourrais, si je le voulais, rester à la tête du groupe Trump."


Donald Trump s'est mis en retrait de l'entreprise qui a fait sa fortune, mais à l'entendre, rien ne l'obligeait à renoncer à ses activités entrepreunariales. Même si sa situation pourrait être source de conflits d'intérêts.

17h38 : "La Russie peut nous aider à lutter contre le groupe Etat islamique."

Le mandat de Donald Trump sera-t-il l'occasion d'un rapprochement entre Washington et Moscou ? Beaucoup le pensent et le président élu évoque les avantages d'établir des relations apaisées avec la Russie : si le président Vladimir Poutine l'apprécie, c'est "un atout", dit-il.

17h37 : "(Je serai) le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé", assure Donald Trump.

(FRANCEINFO)

17h36 : "Le piratage, je pense que c'était les Russes. Mais je pense aussi que nous avons été piratés par d'autres pays et d'autres gens."

Interrogé sur le piratage du parti démocrate durant la campagne, Donald Trump pointe la responsabilité de Moscou. Mais il dénonce également le manque de préparation de ses adversaires.

17h35 : Calvin Coolidge aimait qu'on lui masse le cuir chevelu avec de la vaseline, Thomas Jefferson combattait ses rhumes en plongeant ses pieds dans un seau d'eau froide... Donald Trump n'est "pas plus fou" que les autres présidents américains, comme le rappelle notre article.

17h32 : "J'ai hâte d'être à l'investiture. Cela sera un événement magnifique."

Beaucoup de digressions pour cette entrée en matière. Après avoir évoqué la presse, les entreprises américaines, les anciens combattants, voilà que Donald Trump parle de sa cérémonie d'investiture, programmée le 20 janvier. L'événement est pourtant beaucoup plus compliqué à organiser qu'il ne le laisse entendre.

17h28 : "Je serai le plus grand créateur d'emplois que Dieu a jamais mis sur Terre, et je le dis sérieusement."


A entendre Donald Trump, vous n'avez "encore rien vu" : toujours aussi modeste, le milliardaire salue la décision de certaines entreprises de rapatrier une partie de leur production aux Etats-Unis depuis son élection.

17h22 : Donald Trump a pris la parole et ne change pas de registre : comme durant sa campagne, le milliardaire tacle certains médias, jugés trop hostiles à son encontre.




(FRANCEINFO)

17h21 : "Je soutiens le président depuis longtemps et je le ferai toujours."

Le vice-président élu, Mike Pence, a, lui aussi, pris la parole pour dénoncer "l'irresponsabilité", selon lui, de certains médias américains dans cette affaire.



(FRANCEINFO)

17h19 : Surprise : la conférence de presse ne commence pas par une interview de Donald Trump. C'est Sean Spicer, son conseiller presse, qui a pris la parole pour dénoncer les supposées notes de renseignement compromettantes pour le président élu.





17h15 : Mais que nous prépare Donald Trump ? Les journalistes présents à New York pour sa conférence de presse montrent que des piles de documents ont été placés à côté de son pupitre.

17h09 : Les Etats-Unis ne seront probablement jamais "amis" avec la Russie, a déclaré Rex Tillerson lors de cette audition. L'ancien patron du géant pétrolier, qui est un proche du président russe Vladimir Poutine, a admis que les "systèmes de valeurs" entre Washington et Moscou étaient "clairement différents".

17h12 : Et pendant que l'on attend Donald Trump à New York, Rex Tillerson, l'homme qu'a choisi le président élu pour devenir secrétaire d'Etat, est actuellement auditionné à Washington D.C., au Sénat, qui doit confirmer sa nomination. Patron d'Exxon Mobil, il est critiqué pour ses liens avec la Russie.



(CSPAN)

17h03 : Cette conférence de presse intervient à un moment très particulier, car Donald Trump est (à nouveau) au centre d'une polémique : un rapport diffusé par le site Buzzfeed affirme que la Russie détiendrait des éléments compromettants sur le nouveau président. Des informations non confirmées, mais qui font beaucoup parler de l'autre côté de l'Atlantique.

17h00 : Hello Elise et bonsoir à toutes et à tous ! La conférence de presse de Donald Trump est très attendue, car c'est la première organisée par le milliardaire depuis son élection à la tête des Etats-Unis, en novembre. Il s'exprime au lendemain des adieux de Barack Obama, qu'il va remplacer à la Maison Blanche.

16h59 : Le président élu des Etats-Unis, Donald Trump, doit prononcer, dans quelques minutes, sa première conférence de presse. Une intervention à suivre dans notre direct spécial, en compagnie de mon collègue Mathieu Dehlinger.

16h12 : Dimanche, lors de la 74e cérémonie des Golden Globes, l'actrice américaine a reçu un prix pour l'ensemble de sa carrière. Elle a profité de son discours de remerciement pour s'en prendre à Donald Trump, qui s'était moqué d'un journaliste handicapé en 2015.

16h12 : "Meryl, ce que tu as dit était formidable. Cela devait être dit, et tu l'as merveilleusement fait. J'ai tellement de respect pour ce que tu as fait, alors que le monde célébrait ton sacre", écrit Robert de Niro à Meryl Streep, dans une lettre (en anglais) que le magazine américain People s'est procurée.



(Jordan Strauss/AP/SIPA)

16h11 : Merci d'avoir posé la question @anonyme ! Nous diffuserons, en effet, la conférence de Donald Trump à partir de 17 heures, dans ce direct. Mon collègue Mathieu Dehlinger se joindra à moi pour commenter et analyser cette intervention.

16h11 : Bonjour, diffuserez-vous la conférence de presse de Trump tout à l'heure ? D'avance merci !