Défilé aérien, chars d'assaut et discours, Donald Trump bouleverse le 4-Juillet

Pour la fête nationale, le président américain voulait une parade militaire à l'image du 14-Juillet français. Un défilé aérien, quelques chars d'assaut dans les rues de Washington et un grand discours au National Mall, retour sur ce programme controversé.

Des militaires américains hier devant un véhicule blindé lors des prépapratifs pour la fête nationale du 4-Juillet, devant le Lincoln Memorial, à Washington
Des militaires américains hier devant un véhicule blindé lors des prépapratifs pour la fête nationale du 4-Juillet, devant le Lincoln Memorial, à Washington (ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)

En septembre 2017 Donald Trump confiait à Emmanuel Macron avoir été très impressionné par le défilé militaire du 14-Juillet auquel il avait assisté deux mois plus tôt à Paris. L’idée germe alors dans le cerveau du président américain d’une parade militaire à Washington mais encore plus grande, pour le Veterans Day. Face aux réticences du pentagone et au coût d’une telle manifestation, environ 100 millions de dollars, le président américain y renoncera.


Mais pour cette fête de l’Indépendance, il y aura bien quelques chars déployés dans les rues de Washington, un défilé aérien (des avions de chasse F35 et Air Force One vont survoler la capitale) et le soir, une allocution de Donald Trump sur les marches du mémorial de Lincoln, à l’endroit même où Martin Luther King, le 28 août 1963, avait prononcé son discours historique "I have a dream".

L'opposition en colère 

De son côté, l'opposition s’étrangle, à l’image du candidat à l’investiture démocrate Julian Castro, hier sur CBS : "Quand je vois que le service des parcs nationaux va dépenser 2 millions et demi de dollars, pour permettre à des chars de circuler sur le National Mall à Washington ! Tout ça pour gonfler l'ego du président. Quelles dépenses inutiles !"

Un hommage à l’amérique très différent des précédentes fêtes nationales. "Ce sera le spectacle d’une vie !" a affirmé Donald Trump sur Twitter mercredi.

Ses opposants ont prévu de manifester aujourd’hui dans les rues de Washington contre la main mise du président sur cette fête de l’Indépendance, normalement apolitique et transpartisane.