Coronavirus : une fermeture des frontières plutôt logique, mais inutile

Mercredi 11 mars, Donald Trump annoncé l'interdiction de l'entrée des Européens aux États-Unis pour les 30 prochains jours. Analyse de cette décision soudaine du président américain. 

France 2

Dans une allocution tenue mercredi 11 mars, Donald Trump a annoncé l'interdiction pour les Européens d'entrer sur le territoire américain pour les 30 prochains jours pour lutter contre la propagation du Covid-19. Une décision soudaine, alors qu'il avait jusqu'à maintenant plutôt tendance à minimiser l'épidémie. "Depuis le début, Donald Trump n'a cessé de vouloir minimiser la crise du Covid-19, disant que les États-Unis étaient protégés et que le virus disparaîtrait comme par miracle au mois d'avril", explique le correspondant de France Télévisions Loïc de La Mornais en duplex de Washington (États-Unis).

Déjà 1 400 cas aux États-Unis

Mais cela n'a pas été le cas, "ce qui explique la fermeté de Donald Trump mercredi soir. En soi, ce n'est pas illogique de vouloir fermer les frontières pour ralentir la pandémie. Sauf que c'est déjà de toute façon beaucoup trop tard. Il y a déjà plus de 1 400 cas de ce coronavirus aux États-Unis. Et cette interdiction ne va pas arranger les choses. Les chiffres vont monter de manière exponentielle aux États-Unis", conclut le journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Donald Trump suspend tous les voyages depuis l\'Europe vers les USA pour un mois pour endiguer l\'épidémie de coronavirus (photo d\'illustration, aéroport de Washington DC, le 28 janvier 2020).
Donald Trump suspend tous les voyages depuis l'Europe vers les USA pour un mois pour endiguer l'épidémie de coronavirus (photo d'illustration, aéroport de Washington DC, le 28 janvier 2020). (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)