"Ces singes des pays africains" : des remarques racistes de Ronald Reagan refont surface

Un enregistrement audio d'une conversation avec Richard Nixon datant de 1971 a été dévoilé par le site du magazine américain "The Atlantic". 

L\'ancien président américain Ronald Reagan à la Maison Blanche (Washington) le 21 janvier 1988. 
L'ancien président américain Ronald Reagan à la Maison Blanche (Washington) le 21 janvier 1988.  (MIKE SARGENT / AFP)

Alors que Donald Trump a été accusé de racisme à plusieurs reprises ces derniers semaines, des propos pour le moins polémiques de l'ancien président américain Ronald Reagan refont surface. Dans une bande audio datant de l'époque où il était gouverneur de Californie, il traite des diplomates africains de "singes" lors d'une conversation avec le président républicain Richard Nixon.

La bande audio de cet appel téléphonique, datant d'octobre 1971, a été découverte par Tim Naftali, ancien président de la bibliothèque présidentielle Richard Nixon, et publiée sur le site du magazine The Atlantic (en anglais)

"Ils ne sont pas à l'aise dans des chaussures !"

Après un vote aux Nations unies pour reconnaître la République populaire de Chine, Ronald Reagan avait appelé Richard Nixon, président depuis 1969. Le gouverneur de Californie fait alors part au président républicain de sa colère contre les pays africains qui ont voté contre les Etats-Unis à l'ONU pour reconnaître la République populaire de Chine.

"Hier soir, je vous le dis, regarder ce truc à la télé comme je l'ai fait..., explique Ronald Reagan. Voir ces, ces singes des pays africains... Maudits soient-ils, ils ne sont toujours pas à l'aise dans des chaussures !"

Richard Nixon accueille la remarque avec un long rire gras. Il répètera les propos de Ronald Reagan dans d'autres discussions avec ses conseillers.

Selon Tim Naftali, la portion de la bande avait dans un premier temps été mise de côté avant d'être publiée par les archives nationales il y a deux semaines. Ronald Reagan fut président des Etats-Unis entre 1981 et 1989 et reste l'un des anciens locataires de la Maison Blanche les plus appréciés.