CARTE. Où ont eu lieu les frappes occidentales en Syrie ?

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené des frappes aériennes en Syrie, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril. L'opération visait notamment des sites militaires et un centre de recherche, soupçonné d'être lié au programme chimique du régime syrien, près de Damas et Homs.

Après plusieurs jours de discussion, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené une attaque coordonnée contre la Syrie, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril. Cette opération est une réponse directe à l'attaque chimique présumée menée dans la ville de Douma, dans la Ghouta orientale, le 7 avril. Mais quelles ont été les cibles visées ? 

>> Frappes occidentales en Syrie : suivez les réactions et les analyses dans notre direct

Lors d'une conférence de presse, la ministre française des Armées, Florence Parly, a affirmé que les frappes ont visé "le principal centre de recherche" et "deux centres de production" du "programme clandestin chimique" du régime syrien, près de Homs et de Damas. "C'est la capacité de développer, de mettre au point et de produire des armes chimiques qui est atteinte", a précisé la ministre. L'objectif a été "atteint", a indiqué pour sa part le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sur BFMTV. 

De son côté, Londres a confirmé avoir visé "un complexe militaire" près de Homs. Selon le ministère britannique de la Défense, des missiles Shadow ont été utilisés contre le site militaire, situé à 24 km à l'ouest de Homs et éloigné de tout groupement d'habitations de population civile. Voici les lieux qui ont été frappés.

 

Pour réaliser cette carte, nous nous sommes notamment appuyés sur les données de l'Institut pour l'étude de la guerre américain (ISW), qui publie de façon régulière un état des lieux de la situation en Syrie. Cette carte montre la situation sur le terrain au 2 avril 2018. Les bases militaires russes et iraniennes qui y sont représentées sont uniquement celles dont la position est connue. Y figurent également les zones dans lesquelles le Hezbollah, soutien de Bachar Al-Assad, et les forces armées turques évoluent. Quant aux bases de la coalition, notamment des forces américaines et françaises qui combattent les jihadistes aux côtés des Kurdes dans le centre et le nord-est, ainsi que celles des forces turques dans le nord-ouest du pays, elles ne sont pas recensées par l'ISW et n'apparaissent pas sur cette carte.