"C'est absurde" : aux Etats-Unis, les étudiants étrangers bientôt obligés de quitter le pays si leur établissement passe au télé-enseignement

Donald Trump a annoncé que les étudiants non-américains ne seraient plus autorisés à rester sur place si leurs universités passaient à l’enseignement à distance en raison du coronavirus.

Harvard a décidé de mettre tous les cours de l\'université en ligne.
Harvard a décidé de mettre tous les cours de l'université en ligne. (MADDIE MEYER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Aux États-Unis, une décision présidentielle pourrait potentiellement placer dans l’embarras 1,2 million de ressortissants étrangers qui étudient dans ce pays. L’administration Trump vient en effet d’annoncer que les étudiants non-américains ne seraient plus autorisés à rester sur place si leurs universités passaient à l’enseignement à distance, à cause de l’épidémie de coronavirus. Harvard ou la prestigieuse université de Californie ont déjà annoncé, qu’à la rentrée prochaine, tous les cours se feraient en ligne.

Une mesure pour protéger les travailleurs américains

Vincent Martin vit aux États-Unis depuis bientôt cinq ans. En mai dernier, le jeune Français a décroché son bachelor, équivalent de la licence bac+3 en France et il s’apprête à intégrer la De Paul University à Chicago pour un master en entreprises et finances. Mais comme tous les étudiants étrangers, il vient d’être informé de cette nouvelle politique de la police de l’immigration et des douanes. 

Si vous êtes étudiant 'full time' [temps plein] et que tous ces cours sont en ligne, alors vous êtes obligé de rentrer en France. Vous ne pouvez pas rester étudiant dans cette université aux États-Unis.Vincent Martin, étudiant français inscrit dans une université de Chicagoà franceinfo

"Par exemple, Harvard a décidé d'aller complètement en ligne, ça veut dire que tous les étudiants étrangers de cette université vont être obligés de rentrer dans leur pays. Rien n'était prévu", explique Vincent Martin.

La mesure concerne les visas F1, ceux des étudiants et aussi les visas M1, pour les formations professionnelles. "L'adminitration Trump veut protéger tous les travailleurs américains mais de là à renvoyer tous les étudiants internationaux sous visa F1 dans leur pays respectif, c'est absurde." Seul espoir pour Vincent : que son université de Chicago parvienne à maintenir certains cours en présentiel, sinon ce sera le retour en France. 

Les étudiants étrangers aux Etats-Unis inquiets : écoutez le reportage de Grégory Philipps
--'--
--'--