Avis de tempête sur le G7

Les sept puissances économiques mondiales s’étaient donné rendez-vous dès vendredi 8 juin pour le sommet du G7. Une rencontre qui s’annonçait houleuse.

Voir la vidéo

Vent de tempête sur le G7 au Canada. Les sept puissances économiques mondiales se retrouvaient ce vendredi 8 juin, avec comme toile de fond les dissensions avec Donald Trump. En cause, ses dernières décisions sur le plan économique, notamment l’instauration des taxes douanières. En apparence, ce sont des relations apaisées sur la photo de famille, mais la rencontre fut quelque peu glaciale. Les Européens n’acceptent pas les sanctions de Donald Trump : la hausse des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium et le retrait de l’accord sur le nucléaire iranien. Avant même l’ouverture, Emmanuel Macron et Justin Trudeau avaient montré leur fermeté.

Trump provocateur

Dès son arrivée, Donald Trump a poursuivi les provocations en arrivant en retard et surtout en demandant la réintégration de la Russie dans le G7, exclue depuis 2014. "La Russie devrait faire partie de cette rencontre. Pourquoi nous rencontrons-nous sans la Russie ? Je le propose, à eux de voir", a-t-il martelé. Le président français avait lui réuni les puissances européennes en amont avec une volonté commune : ne pas réintégrer la Russie à cause de la situation en Ukraine. Trump, lui, ne reculera pas sur les sujets commerciaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les dirigeants des pays membres du G7 à La Malbaie au Québec, le 8 juin 2018.
Les dirigeants des pays membres du G7 à La Malbaie au Québec, le 8 juin 2018. (CORTES?A / NOTIMEX)