Aux États-Unis, l'arrivée de Joe Biden "enclenche la question de la division et la fracturation du pays"

Quelques heures après l'investiture officielle de Joe Biden, mercredi 20 janvier, un "moment historique à la croisée des chemins", Olivier Piton, avocat et auteur de La nouvelle révolution américaine est l'invité du 23h de franceinfo. 

Joe Biden investi nouveau président, c'est une nouvelle ère pour les États-Unis qui débute mercredi 20 janvier. Un moment historique après quatre années avec Donald Trump. "C'est incontestablement un jour historique pour au moins quatre raisons : la première c'est qu'en raison de la pandémie, il n'y avait aucun spectateur présent et c'est la première fois. Deuxième raison, c'est que pour la première fois, dans un couple exécutif, il y a une femme issue de la diversité. Ensuite, Joe Biden est le président élu le plus âgé de l'histoire. Et c'est la première fois depuis 1869 qu'un président sortant boycotte l'intronisation de son successeur. Cela enclenche la question de la division et la fracturation du pays qui est extrêmement profonde", note l'avocat Olivier Piton.

Menace réelle ?

L'assaut du Capitole et la sérénité de cette investiture se sont superposés en quelques jours. La menace était-elle réelle ? "C'est le retour de la gestion habituelle de la politique américaine. Après les événements du 6 janvier, il valait mieux trop en faire (…) tant mieux, l'essentiel est qu'il n'y ait pas eu de débordements et que la cérémonie se déroule sans encombre", détaille dans le 23h Olivier Piton.

Le 46e président des Etats-Unis, Joe Biden, lors de son investiture à Washington, le 20 janvier 2021.
Le 46e président des Etats-Unis, Joe Biden, lors de son investiture à Washington, le 20 janvier 2021. (PATRICK SEMANSKY / AFP)