Affaire Kashoggi : l’Arabie saoudite affaiblie sur la scène internationale

L’assassinat de Jamal Kashoggi a de lourdes conséquences pour l’Arabie saoudite. Le conflit au Yémen revient sur le devant de la scène, les États-Unis prennent leurs distances et la Turquie en profite pour tirer son épingle du jeu.  

FRANCE 3

Devant l’ambassade d’Arabie saoudite à Londres (Royaume-Uni), une plaque de rue avec le nom de Jamal Kashoggi est installée, en l’honneur du journaliste tué au consulat saoudien d’Istanbul (Turquie) le 2 octobre 2018. Attendu par un commando, il aurait été étranglé selon certaines sources, avant que son corps soit démembré pour le faire disparaître. Sa fiancée s’est adressée au président des États-Unis, en lui demandant d’aider la Turquie à faire la lumière sur cette affaire.

Mohammed ben Salman affaibli

Les autorités saoudiennes ont fini par reconnaître leur responsabilité dans cet assassinat. Le prince Mohammed ben Salman, héritier du royaume, fait figure d’accusé. Résultat : sa position à l’intérieur et à l’extérieur de son pays se retrouve fragilisée. D’un seul coup, la guerre qu’il mène depuis trois ans au Yémen est revenue au premier plan. Longtemps très proche de Riyad, Donald Trump commence à prendre ses distances, dans le contexte de la campagne électorale des "Midterms". En révélant cette affaire, le président de la Turquie Erdogan en profite quant à lui pour redorer son blason à l’international.

Le JT
Les autres sujets du JT
La plaque \"Khashoggi Street\" apposée par des militants d\'Amnesty International, dans une rue de Londres (Royaume-Uni), le 2 novembre 2018.
La plaque "Khashoggi Street" apposée par des militants d'Amnesty International, dans une rue de Londres (Royaume-Uni), le 2 novembre 2018. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)