États-Unis : l'intrusion au Capitole "n'est pas vraiment un coup d’État, ils sont là pour prendre des selfies", relativise un historien

Lauric Henneton estime que "la démocratie survivra" parce que "les institutions sont fortes" aux États-Unis alors que des supporters de Donald Trump ont envahi l'enceinte du Congrès pour empêcher la validation de la victoire de Joe Biden.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des supporters de Donald Trump manifestent devant le Capitole à Washington, mercredi 6 janvier 2021. (ALEX EDELMAN / AFP)

"Ce n'est pas vraiment un coup d'État, ils ne sont pas là pour prendre le pouvoir", réagit mercredi 6 janvier sur franceinfo Lauric Henneton, maître de conférences à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et spécialiste de l'histoire de la civilisation des États-Unis alors que des partisans de Donald Trump ont fait irruption dans l'enceinte du Congrès. L'instance a dû interrompre en urgence une séance extraordinaire destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

>> Irruption de partisans pro-Trump au Capitole : suivez notre direct

Selon Lauric Henneton, les manifestants qui envahissent le Capitole mercredi soir à Washington "se font un peu plaisir". "Il y en a qui sont déguisés, ils sont là pour prendre des selfies, pour faire des images."

"Tout ça, c'est de la communication, du théâtre. C'est la foire !"

Lauric Henneton

à franceinfo

L'historien estime que "la démocratie survivra" parce que "les institutions sont fortes" aux États-Unis. "Les manifestants vont finir par être évacués et les choses vont reprendre leur cours", croit Lauric Henneton. "Mais enfin, quelle image pour cette fin d'administration Trump !", s'exclame-t-il. "Qui est en charge de la sécurité ?" se demande-t-il en sous-entendant que "ces trous dans la raquette sont d'origine gouvernementale". Pour lui, "Trump est à l'instigation rhétorique de cette situation."

Le seul point positif à ce coup de force des pro Trump, selon lauric Henneton, est que "c'est le dernier clou dans le cercueil du trumpisme qui est asséné par les trumpistes eux-mêmes".  Il estime qu'"il n'y a pas mieux pour décrédibiliser un mouvement". "Tous ceux qui ont voté Trump parce que les démocrates ne sont pas trop leur tasse de thé ne voteront plus jamais pour quelqu'un qui se réclame de Trump après ces incidents-là", croit l'historien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.