Cet article date de plus de six ans.

Présidentielle US: Jill Stein obtient un recomptage des voix dans le Winsconsin

L'équipe d’Hillary Clinton a finalement accepté, le 26 novembre 2016, de participer aux opérations de recomptage des voix dans le Wisconsin. L'initiative a été lancée par Jill Stein, ex-candidate écologiste à l’élection présidentielle américaine, qui conteste les résultats de trois Etats-clés: Wisconsin (nord), Pennsylvanie (nord-est) et Michigan (nord).
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La candidate écologiste Jill Stein lors d'un meeting au centre d'Hostos pour les arts et la culture, le 12 octobre 2016, à New York, où elle faisait campagne avec son coéquipier Ajamu Baraka. (Justin Sullivan / Getty Images / AFP)

La polémique a enflé tout le week-end de Thanksgiving. Donald Trump a qualifié de «ridicule» le fait que son ex-rivale démocrate accepte de participer au recomptage de voix dans le Winsconsin, réclamé par Jill Stein. Selon l'écologiste, des expert électoraux ont recensé des anomalies statistiques dans trois Etats où le président élu dispose de 100.000 voix d'avance: 20.000 voix dans le Wisconsin, 70.000 en Pennsylvanie et 10.000 dans le Michigan.
 
Vainqueur au scrutin universel indirect, du 8 novembre, M.Trump a estimé que «le peuple s'est exprimé et cette élection est terminée»: l’ex-candidat républicain a totalisé 290 grands électeurs, contre 232 à sa rivale démocrate. «En plus d'avoir gagné très largement avec le collège électoral, j'ai remporté le vote populaire si on déduit les millions de personnes qui ont voté illégalement», a-t-il lancé sur Twitter, le 27 novembre.


Celui qui doit succéder à Barack Obama a dénoncé à son tour une «grave fraude électorale en Virginie (ouest), dans le New Hampshire (nord-est) et en Californie (ouest)», trois Etats remportés par Hillary Clinton. «Pourquoi les médias ne donnent-ils pas d'informations là-dessus? Grave parti pris  gros problème!», a encore tweeté le magnat de l'immobilier, de retour à New York après près de quatre jours passés en Floride (sud-est).

Un recomptage à 7 millions de dollars 
La Commission électorale du Wisconsin a confirmé «se préparer à recompter les votes» précisant que le décompte devrait «prendre fin le 13 décembre au plus tard». Jill Stein a affirmé avoir levé 4,8 millions de dollars  afin de financer sa demande de recomptage des suffrages. Sept millions sont nécessaires au financement d'un nouveau décompte dans ces trois Etats-clés. 

Tout en annonçant qu'elle s'associait au nouveau dépouillement réclamé par l'écologiste, l'équipe de Mme Clinton a toutefois précisé, le 26 novembre, n'avoir pas constaté d'irrégularités dans le Wisconsin. Cette opération de recomptage relance le débat sur la sécurité du système électoral américain et «font partie d'un mouvement électoral visant à assurer l'intégrité (du processus) et à mettre en lumière son manque de fiabilité», ont souligné les soutiens de Mme Stein.


Durant la campagne, les Etats-Unis ont accusé la Russie d'être responsable de piratages informatiques, comme la fuite des mails du parti démocrate et de systèmes de vote dans plusieurs Etats, afin d'influencer le cours de l'élection en faveur de Donald Trump. 

Un retournement quasi impossible 
Les résultats toujours partiels donnent l'ancienne secrétaire d'Etat devant son rival républicain en nombre de voix: Mme Clinton en recueillerait 2,2 millions de voix de plus que l’homme d’affaires. Elle a perdu le Wisconsin de 207.000 voix et la Pensylvannie de 60.000 voix. Et enfin dans le Michigan, autre bastion démocrate remporté par Trump, l'écart serait de 10.704 voix, selon les chiffres provisoires. Pour gagner la Maison Blanche, Mme Clinton doit l'emporter dans chacun de ces Etats. Une éventualité quasi impossible, selon le Wall Street Journal, cité par Courrier international.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.