"Pourquoi tu me hais ?" : un manifestant antiraciste noir enlace un néonazi en marge du meeting d'un suprémaciste blanc en Floride

Surpris, le militant suprémaciste a finalement accepté cette accolade, sous les applaudissements de la foule, rapporte la presse américaine. 

Un néonazi au milieu de manifestants antiracistes, à l\'université de Gainesville, en Floride, jeudi 19 octobre 2017. 
Un néonazi au milieu de manifestants antiracistes, à l'université de Gainesville, en Floride, jeudi 19 octobre 2017.  (SHANNON STAPLETON / REUTERS)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La scène s'est déroulée sur le campus de l'université de Gainesville, en Floride, en marge de la venue du suprémaciste blanc Richard Spencer. Silencieux, un fan de cette figure de l'extrême droite, connue outre-Atlantique pour avoir contribué à populariser le concept d'"alt-right", a décidé de percer la foule de militants antiracistes qui s'étaient rassemblés pour protester contre cette intervention, a raconté le New York Post (en anglais), jeudi 19 octobre. Un geste de provocation alors que la tension est extrême entre les deux camps.

Interpellé, hué, bousculé et frappé, le néonazi, vêtu d'un t-shirt flanqué de croix gammées, est stoppé dans sa progression par un homme noir qui, contre toute attente, le prend dans ses bras. "Fais-moi un câlin", demande le manifestant antiraciste avant d'enlacer le néonazi en lui demandant : "Pourquoi tu me hais, mec ? Hein ?" 

Surpris, le militant suprémaciste accepte cette accolade, sous les applaudissements de la foule. "J'aurais pu le frapper, j'aurais pu lui faire mal... Mais quelque chose en moi s'est dit : 'tu sais quoi ? Il a juste besoin d'amour", explique le manifestant antiraciste de 31 ans, cité vendredi 20 octobre par le New York Daily News (en anglais). "C'est un pas dans la bonne direction. Un câlin peut changer le monde, poursuit cet entraîneur de football. Ce sont des gens comme [Richard Spencer] qui creusent le fossé entre les gens." 

Une venue mouvementée  

Dans l'amphithéâtre de l'université, Richard Spencer a été accueilli par des huées mais surtout des chants et slogans antiracistes. Il a essayé de prononcer son discours avant de quitter la scène. Il est revenu une poignée de minutes plus tard pour déclarer : "Vous essayez d'arrêter un mouvement qui grossit et qui va résister."


Richard Spencer

Un imposant dispositif de sécurité avait été déployé : drones, tireurs d'élite, hélicoptères et policiers par centaines.

Le souvenir des événements dramatiques de Charlottesville, où une militante antiraciste avait été tuée par un sympathisant néonazi, était encore dans les esprits. La manifestation et les heurts entre antiracistes et suprémacistes ont débouché sur l'arrestation d'un homme armé.