Un policier new-yorkais inculpé pour une prise d'étranglement, désormais illégale

Inculpé d'étranglement et de tentative d'étranglement aggravée, David Afanador risque jusqu'à sept ans de prison, a précisé le bureau de la procureure du Queens dans un communiqué.

Une voiture de police patrouille à New York (Etats-Unis), le 1er avril 2020.
Une voiture de police patrouille à New York (Etats-Unis), le 1er avril 2020. (ANGELA WEISS / AFP)

Un policier new-yorkais a été interpellé et inculpé, jeudi 25 juin, pour avoir pratiqué une prise d'étranglement lors d'une arrestation. Cette pratique a récemment été rendue illégale dans l'Etat de New York, en réponse au mouverment de protestation contre le racisme et les violences policières après la mort de George Floyd. Inculpé d'étranglement et de tentative d'étranglement aggravée, David Afanador risque jusqu'à sept ans de prison, a précisé le bureau de la procureure du Queens dans un communiqué.

L'arrestation, survenue dimanche 21 juin, a été filmée par un passant avec son smartphone, avant que la police ne publie les images tournées par les mini-caméras dont sont équipés les policiers. On y voit trois individus, visiblement en état d'ébriété, s'en prendre verbalement aux policiers. Au bout de plusieurs minutes, l'un d'entre eux semble se saisir d'une canette logée dans une poubelle. Quatre officiers se jettent alors sur lui et David Afanador pratique une prise d'étranglement durant plus de dix secondes. Il semble que l'homme, qui est noir, perde alors brièvement conscience.

La prise d'étranglement était déjà interdite par la police de la ville, mais le Congrès de l'Etat de New York, puis le conseil municipal, ont tous deux adopté des textes faisant de cette pratique un délit. "Même dans les circonstances les plus difficiles, cette pratique est exactement le type de conduite que la police de New York a interdit et dont le Congrès [de New York] a fait un délit", a déclaré la procureure du Queens, citée dans le communiqué. Présenté à un juge new-yorkais pour se voir signifer son inculpation, David Afanador a été laissé libre.