Mort de George Floyd : "Il y a un racisme systémique aux États-Unis et je peux en parler", confie son oncle

Les obsèques de George Floyd seront célébrées mardi à Houston (Etats-Unis). Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden doit se rendre dans la ville texane lundi pour rencontrer sa famille.

Roger Floyd, l\'oncle paternel de George Floyd,le 7 juin 2020 à Houston (Etats-Unis).
Roger Floyd, l'oncle paternel de George Floyd,le 7 juin 2020 à Houston (Etats-Unis). (GRÉGORY PHILIPPS / RADIO FRANCE)

"Je vois aujourd’hui mon neveu comme quelqu’un qui, par la volonté de Dieu, s’est sacrifié, afin qu’un changement puisse arriver." Roger Floyd se confie à franceinfo, deux semaines après la mort de son neveu George Floyd, tué à Minneapolis par un policier blanc. Ses obsèques débutent mardi 9 juin à Houston, sa ville natale. La population pourra venir se recueillir devant la dépouille.

"Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’on puisse constater enfin dans ce pays un changement réel", raconte Roger Floyd. Il explique être "très heureux" des manifestations que la mort de son neveu a déclenché aux États-Unis, mais aussi à travers le monde.

Nous, les Floyd, nous sommes très reconnaissants quand nous voyons l’indignation que la mort de mon neveu a provoquée au niveau mondial !Roger Floydà franceinfo

Roger Floyd doit rencontrer lundi Joe Biden, le candidat démocrate à la Maison-Blanche. "Nous voulons nous assurer de ce qu’est véritablement son programme, parce que les politiciens, de nos jours, doivent tenir leur parole et ils doivent concrétiser leurs promesses", explique-t-il. "Il faut qu’il travaille avec le Congrès pour écrire et faire adopter des lois. Des lois qui empêchent les policiers corrompus de sortir blanchis quand ils ont commis des crimes aussi odieux que celui perpétré contre mon neveu."

J’ai beaucoup d’espoir, je suis convaincu qu’on peut utiliser cette période pour provoquer le changement, un changement réel.Roger Floydà franceinfo

"En ce moment, il y a ce slogan, "Black Lives Matter" [les vies noires comptent], pour moi, c’est réel, assure-t-il. "Il y a un racisme systémique aux États-Unis et je peux en parler. Je l’ai expérimenté. Et [sa voix s’étrange un peu, ndlr]… Excusez-moi… Il faut que ça change. Parce que sinon, on aura le même drame, la semaine prochaine, le mois prochain, dans un an. Et on devra recommencer toute cette discussion."

L'oncle de George Floyd se confie au micro de Gregory Philipps
--'--
--'--