Mort de George Floyd : Donald Trump appelle les gouverneurs à avoir recours à la Garde nationale pour "dominer la rue"

"Vous y arriverez bien mieux au bout du compte en appelant la Garde nationale. Appelez-moi", a demandé Donald Trump aux gouverneurs.

Donald Trump se rend à pied de la Maison Blanche à l\'église St-John, le 1er juin 2020, à Washington (Etats-Unis).
Donald Trump se rend à pied de la Maison Blanche à l'église St-John, le 1er juin 2020, à Washington (Etats-Unis). (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Donald Trump a déclaré, vendredi 5 juin, avoir incité certains gouverneurs d'Etat à faire appel à la Garde nationale face aux manifestations essentiellement pacifiques mais parfois suivies de violences et de pillages qui sont organisées à travers les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, un homme noir, à la suite de son interpellation par la police. "Je suggère à certains de ces gouverneurs qui sont trop fiers (...). 'Ne soyez pas fiers. Faites votre travail. Vous y arriverez bien mieux au bout du compte en appelant la Garde nationale. Appelez-moi'", a dit le président américain devant la presse à la Maison blanche. "Vous devez dominer la rue. Vous ne pouvez pas laisser se produire ce qui est en train de se produire", a-t-il ajouté. Suivez notre direct.

Dépôt de plainte. Une plainte a été déposée contre Donald Trump, après la dispersion violente de manifestants protestant contre la mort de George Floyd devant la Maison Blanche, à Washington, a indiqué jeudi 4 juin la puissante organisation de défense des droits civiques ACLU. Des militants pacifiques ont été visés par des tirs de gaz lacrymogènes, lundi, pour que le président puisse se faire photographier devant une église protestante épiscopalienne proche de sa résidence. La plainte, déposée par l'ACLU et d'autres organisations pour le compte de la branche de Washington du mouvement Black Lives Matter et d'autres manifestants, vise également les ministres de la Justice et de la Défense. 

Un premier hommage à George Floyd. Famille, responsables religieux ou politiques et célébrités se sont rassemblés à Minneapolis, jeudi soir, et ont observé une période de silence de huit minutes et 46 secondes. Evoquant la multiplication des manifestations antiracistes, le révérend Al Sharpton a déclaré : "Tu as changé le monde, George."

 Twitter désactive une vidéo de Trump après une plainte relative aux droits d'auteur. Le président américain a diffusé un montage de photos et de vidéos en hommage à George Floyd, mercredi. La vidéo a été désactivée par le réseau social, qui explique avoir réagi à "une plainte concernant les droits d'auteur qui nous a été adressée par l'un des ayants droit ou par l'un de ses représentants".

Une importante manifestation à Vienne. Des dizaines de milliers d'Autrichiens, en majorité des jeunes, ont défilé contre le racisme jeudi à Vienne. La police a fait état d'une "très forte affluence", estimant le nombre de participants à 50 000 personnes.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GEORGE_FLOYD

23h20 : La maire de Washington fait un geste en direction des manifestants contre les violences policières racistes, sur fond de conflit avec Donald Trump sur le déploiement de militaires dans la ville. Muriel Bowser a rebaptisé une place donnant sur la Maison Blanche "Black Lives Matter Plaza", et y a fait inscrire le slogan en immenses lettres jaunes sur le sol. C'est "aussi un peu une opération de communication", concède une des artistes qui a réalisé cette peinture, espérant que ce geste symbolique soit suivi d'actes de la mairie.







(CARLOS BARRIA / REUTERS)

22h24 : Les correspondants aux Etats-Unis de franceinfo, RFI, mais aussi les radios publiques suisse, belge et canadienne se réunissent parfois pour un podcast dans lequel ils racontent l'actualité américaine. Cette semaine, ils racontent leur expérience des manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd, et partagnent les témoignages qu'ils ont recueillis.

20h59 : #George_Floyd Ces bons chiffres de l'emploi ont bien entendu réjoui Donald Trump, et lui ont inspiré une déclaration au sujet de George Floyd qui a surpris : "J'espère que George nous regarde de là-haut en pensant que ce qui arrive au pays est grandiose. C'est un grand jour pour lui, c'est un grand jour pour tout le monde", a-t-il déclaré.

18h03 : Il est 18 heures et voici venu le moment de notre point sur l'actualité de cette fin d'après-midi.

• L'hydroxychloroquine ne montre "pas d'effet bénéfique" pour les malades du Covid-19, selon les responsables de l'essai clinique britannique Recovery, qui ont annoncé cet après-midi l'arrêt "immédiat" de l'inclusion de nouveaux patients pour ce traitement.

• Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, saisit la justice après les révélations sur l'existence d’un groupe privé Facebook où de nombreux policiers s’échangent des messages racistes et sexistes.

• A compter d'aujourd'hui, les directeurs d'Ehpad ont la possibilité d'alléger les restrictions de visite si "la situation sanitaire le permet", avec plus d'invités et moins de protections requises. Reportage dans un établissement des Hauts-de-Seine.

• La préfecture de police de Paris a interdit la tenue de deux rassemblements prévus samedi devant l'ambassade des Etats-Unis, en hommage à George Floyd, un Américain noir de 46 ans asphyxié par un policier blanc. Et ce en raison de l'état d'urgence sanitaire.

18h00 : L'artiste parisien Combo a réalisé une fresque pour dénoncer les violences policières et rendre hommage à George Floyd en ouverture du Street Art Fest de Grenoble. "J'ai voulu peindre un message qui me tient à coeur (...). 'I can't breathe', c'est vraiment devenu un message presque international, qui se comprend de tous", explique l'artiste.



(France 3 Alpes)

17h47 : La France est-elle le seul pays à interdire temporairement les manifestations, dans le contexte d'épidémie de coronavirus ? C'est en tout cas ce qu'a avancé Assa Traoré, la sœur d'Adama Traoré. Notre journaliste Julien Nguyen Dang s'est penché sur la question.

15h50 : Un moyen notamment pour ces cavaliers de se réapproprier leur histoire. La figure du "black cowboy" n'est pas nouvelle. Les historiens estiment ainsi qu'à l'époque de la conquête de l'Ouest, un cowboy sur quatre était noir. Plus de détails dans notre article.

15h45 : Vous avez peut être vu ces images de Noirs américains perchés sur des chevaux, lors de manifestations contre les violences policières en Californie ou au Texas. Mais pourquoi protester à cheval et se revendiquer cowboy dans ce mouvement contre le racisme ? Nous vous l'expliquons dans cet article.



(MARK FELIX / AFP)

15h28 : Des policiers de Baltimore (Maryland, Etats-Unis) se sont agenouillés pour montrer leur solidarité envers les manifestants qui protestent contre les violences policières à l'encontre de la communauté noire américaine. Aux Etats-Unis, de plus en plus de membres des forces de l'ordre observent ce geste baptisté "take a knee". Charlotte Causit et moi vous parlons de l'histoire de cette posture dans notre article.

13h42 : La manifestation pacifique parisienne (...) est maintenue", a réagi la Ligue de défense noire africaine, organisatrice du rassemblement, sur Facebook. "Manifester est un droit inaliénable quand les violences, la négrophobie et le racisme (...) sont devenus normes", ajoute-t-elle.

13h40 : La préfecture de police de Paris a interdit la tenue de deux rassemblements prévus samedi devant l'ambassade des Etats-Unis, en hommage à George Floyd, un Américain noir de 46 ans asphyxié par un policier blanc. "Ces rassemblements, susceptibles de rallier de nombreuses personnes, ne sont pas autorisés par le décret du 31 mai 2020 relatif à l'état d'urgence sanitaire qui proscrit tout rassemblement, dans l'espace public, de plus de dix personnes", justifie la préfecture, dans un communiqué publié aujourd'hui.

13h08 : Bonjour @Concorde_3.6.3. Cette vidéo montrant des policiers de la ville de Buffalo (New York) poussant à terre un homme de 75 ans est authentique, comme l'explique le Washington Post (en anglais). Ces images ont été filmées hier, lors d'une manifestation contre les violences policières, après la mort de George Floyd. Deux policiers ont été suspendus.

11h48 : La préfecture de police de Paris annonce l'interdiction de deux projets de rassemblements, samedi, devant l'ambassade des Etats-Unis. Une décision justifiée par les mesures de l'état d'urgence sanitaire et par les risques de "troubles à l'ordre public".

09h05 : Il est 9 heures, jetons un nouveau coup d'œil aux titres de ce vendredi :

• A compter d'aujourd'hui, les directeurs d'Ehpad ont la possibilité d'alléger les restrictions de visite si "la situation sanitaire le permet", avec plus d'invités et moins de protections requises. Reportage dans un établissement des Hauts-de-Seine.


"Quoi qu'il arrive, on ne pourra pas refaire un confinement généralisé en France", prévient le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, après la publication de son rapport sur les scénarios à adopter dans les prochains mois.

Où est passé Juan Gaido ? Le Venezuela affirme que le chef de l'opposition se trouve dans l'ambassade de France à Caracas. "C'est une honte pour la diplomatie de la France", dit-il, promettant à Paris d'"en payer le prix très, très bientôt".


"Tu as changé le monde, George." En présence du leader américain des droits civiques Al Sharpton, une première cérémonie d'hommage funèbre à George Floyd a eu lieu à Minneapolis, devant le cercueil doré de la victime.

08h28 : Le genou à terre révolte une frange de l'opinion publique. Une partie de l'Amérique blanche et conservatrice y voit un acte anti-patriotique et une atteinte aux symboles nationaux. Le président Trump appelle au boycott des équipes dont les joueurs observent ce geste. Pourtant, la posture gagne en visibilité, notamment reprise par le mouvement Black Lives Matter. La suite ici.

08h27 : C'est dans les stades de football américain qu'est né le mouvement "Take a knee". En 2016, lors d'une rencontre sportive, le quarterback Colin Kaepernick s'agenouille durant l'hymne national pour dénoncer les violences policières à l'encontre des Afro-Américains. Un geste qui fait écho au genou à terre de Martin Luther King en 1965, à Selma (Alabama), lors d'une marche pour le droit de vote des Noirs américains.



(BETTMANN/GETTY IMAGES)

08h27 : Depuis la mort de George Floyd, les photos de manifestants et de policiers agenouillés en signe de protestation contre les violences commises envers la communauté noire américaine inondent les réseaux sociaux. Je vous raconte l'histoire du "Take a knee", le geste devenu symbole de la lutte contre les violences policières et racistes aux Etats-Unis.




(ROBERTO SCHMIDT / AFP)

09h26 : Les images d'un policier repoussant violemment un homme âgé dans l'Etat de New York enflamment les réseaux sociaux. Des médias locaux indiquent que deux policiers ont été suspendus et que les jours de la victime, qui semble avoir perdu connaissance au sol et saigné abondamment, ne sont pas en danger. (Attention, ces images peuvent heurter la sensibilité de certains.)

06h31 : Twitter a retiré une vidéo de l'équipe de campagne de Donald Trump rendant hommage à George Floyd. Le média de prédilection du milliardaire républicain a invoqué une question de "droits d'auteur" pour justifier ce retrait, qualifié de "censure" par l'équipe du président.

07h23 : De nouvelles manifestations, très généralement pacifiques, ont eu lieu dans tous les Etats-Unis pour réclamer justice et la fin des discriminations raciales. Des milliers de personnes ont défilé dans les rues de New York, ainsi qu'à Washington, Seattle et Los Angeles, trois villes où le couvre-feu a été levé du fait de l'apaisement de la situation.

06h22 : 8 minutes et 46 secondes de silence, les larmes du maire de Minneapolis, le discours du frère de la victime... Retour en vidéo sur la première cérémonie d'hommage organisée aux Etats-Unis devant la dépouille de George Floyd.




06h19 : "George Floyd n'est pas mort d'un problème de santé commun. Il est mort d'un dysfonctionnement commun du système judiciaire américain."

Cette figure du mouvement de défense des droits civiques a prononcé un éloge funèbre très politique. "Retirez votre genou de nos cous", a-t-il scandé.

06h16 : "Tu as changé le monde, George." Lors d'une cérémonie d'hommage à Minneapolis, le leader américain des droits civiques Al Sharpton a prononcé un émouvant éloge funèbre, en présence de la famille de George Floyd, de responsables religieux ou politiques et de célébrités.






(STEPHEN MATUREN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - JORDAN STROWDER / ANADOLU AGENCY / AFP)

07h22 : On commence avec les principaux titres de l'actualité :

• A six jours des obsèques de George Floyd à Houston, une première cérémonie d'hommage funèbre a eu lieu à Minneapolis, en présence de centaines de personnes, réunies devant le cercueil doré de la victime.

• Avec plus de 34 000 morts, le Brésil est devenu le troisième pays au monde déplorant le plus de décès, dépassant l'Italie. Les Etats-Unis comptent plus de 108 000 morts et le Royaume-Uni près de 40 000.

• A la demande de trois des auteurs de l'étude controversée sur l'hydroxychloroquine, la revue scientifique The Lancet a annoncé qu'elle retirait sa publication. Des doutes ont émergé sur la fiabilité des données ayant servi aux travaux.

• A compter d'aujourd'hui, les directeurs d'Ehpad où "la situation sanitaire le permet" ont la possibilité d'alléger les restrictions de visite dans leurs établissements, avec notamment le retour des visiteurs mineurs, à condition qu'ils portent un masque.