Le «survivant désigné», l’homme secret qui pourrait remplacer Trump si...

Au cours de la cérémonie d’investiture du président des Etats-Unis, une étrange coutume, qui n’est pas inscrite dans la Constitution, prévoit de désigner un président de substitution. Si le Président ne pouvait gouverner, ni ses successeurs désignés, alors cet homme entrerait à la Maison Blanche.

Le président américain élu Donald Trump, le 8 décembre 2016 à Des Moines (Iowa).
Le président américain élu Donald Trump, le 8 décembre 2016 à Des Moines (Iowa). (AFP - Timothy A. Clary)

Au cours du discours sur l'état de l'Union, un attentat frappe le Capitole. Le président des Etats-Unis et le vice-président périssent avec l'ensemble du cabinet, ainsi que la totalité des membres du Congrès et de la Chambre des représentants, à l'exception du secrétaire au Logement et au Développement urbain Tom Kirkman. Le «survivant désigné» est alors investi président des Etats-Unis.
 
Telle est l’accroche de la nouvelle série américaine que la chaîne ABC a mis à l’antenne en 2016. Le héros n’est autre que Kiefer Sutherland, le Jack Bauer de la série 24 heures chrono.
 
Mais ce n’est pas une fiction, révèle CNN. Le «survivant désigné» est l’homme ou la femme qui assurerait les fonctions de chef de l’Etat si le nouveau président ainsi que l’ensemble de ses successeurs constitutionnels étaient dans l’impossibilité d’exercer le pouvoir. Cette désignation se fait, précisent nos confrères, quand toutes ces personnes sont réunies au même endroit. Comme c’est le cas lors de la prestation de serment du nouveau président, ou durant l’annuel discours sur l’état de l’Union.
 
(dr)

Cette pratique n’est pas constitutionnelle et remonterait à la Guerre froide, quand l’Amérique imaginait le pire de la part des Soviétiques, jusqu’à l'élimination de toute la classe politique américaine.
 
Personne ne connaît le nom du «survivant désigné». Lui-même est prévenu au dernier moment, placé en sécurité dans un endroit tenu secret. Même sa famille n’est pas au courant. On comprend que les télés américaines se soient emparées d’un tel synopsis!

 
Cette fois c’est Barack Obama qui a choisi la personne. Attention, précise CNN, ce n’est pas un homme de paille, il doit être en capacité de gouverner si l’improbable se produisait. Le petit jeu des spécialistes est paraît-il de chercher dans l’assistance qui est absent. Et donc potentiel «designated survivor».