Cet article date de plus d'un an.

Etats-Unis : l'incendie d'une usine californienne fait craindre une pénurie mondiale de vinyles

L'usine de la société Apollo Masters, l'une des deux productrices mondiales de la laque utilisée pour fabriquer les vinyles, a été entièrement détruite par un incendie. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'incendie de l'usine Apollo, en Californie, le 6 février 2020, pourrait provoquer une pénurie de ces disques.  (MAXPPP)

L'industrie du disque et les amateurs de vinyles redoutent une pénurie, après l'incendie d'une usine en Californie, jeudi 6 février, qui est un maillon important de la chaîne de fabrication des disques, toujours très prisés. L'usine Apollo Masters, dans la région de Los Angeles, a été détruite par un incendie dévastateur qui a provoqué de gros dégâts sur ses installations. Cette usine est l'un des deux producteurs mondiaux de la laque utilisée pour fabriquer les "masters", disques matrices à partir desquels sont ensuite pressés les vinyles distribués dans le commerce. Une pénurie de laque pourrait aboutir à des retards dans la production de vinyles et à une hausse des prix de ces disques.

L'autre fournisseur ne produit que 20% du stock 

"Il est encore trop tôt pour parler de désastre, mais dans l'industrie [du disque] nous pensons tous que c'est un moment très inquiétant", a déclaré Gil Tamazyan, PDG de Capsule Labs, spécialisée dans le pressage de disques vinyles à Los Angeles. Après l'incendie de l'usine Apollo, le seul autre fournisseur de laque dans le monde est la société japonaise MDC, qui ne produisait qu'environ 20% du stock jusqu'à présent, d'après Gil Tamazyan.

Une autre technique existe, pour fabriquer des matrices. Elle consiste à graver le microsillon directement dans un disque de cuivre vierge, plutôt que dans de la laque. S'il existe huit sites en Europe capables d'utiliser cette technique, baptisée DMM ("direct metal mastering"), il n'y en a toutefois aucun en Amérique du Nord.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.