Cet article date de plus de quatre ans.

L'Amérique en campagne, J-20 : Las Vegas parano

Les candidats sont à Las Vegas. Avec, avant le dernier débat, un avantage pour Clinton sur Trump, qui joue son va-tout en mode paranoïaque. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les avions de Donald Trump et Hillary Clinton le 18 octobre à l'aéroport de Las Vegas. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

La parano, toujours

Complot des médias, du système politique, des Clinton... Trump en est plus que jamais convaincu : tout le monde est contre lui et cette élection est truquée. Il l'a redit en meeting, mardi.

Des gens morts depuis depuis 10 ans votent ! Des immigrés illégaux votent !

Donald Trump

Trump n'avance pas de preuve et d'après tous les experts, les fraudes sont rares aux Etats-Unis. Barack Obama a jugé mardi ces soupçons "irresponsables".

L'animal blessé

La dernière chance : c'est ainsi que l'affiche est présentée par les médias américains. Donald Trump affronte Hillary Clinton mercredi 19 octobre au soir à Las Vegas pour le troisième et dernier débat de la campagne. Le milliardaire est distancé dans les sondages, l'élection semble jouée. A moins que... A moins qu'il ne remporte nettement ce duel.

René Lake, conseiller du parti démocrate, n'y croit pas, mais se méfie d'un sursaut du candidat républicain. "C'est un animal blessé qui se retrouve en face d'Hillary Clinton, dont la marge de manœuvre est étroite. Si elle se met en attaque, ça ne sera pas bon pour elle. Ce n'est pas l'image qu'elle a. J'ai du mal à imaginer qu'elle puisse faire mieux que le deuxième débat, où Trump était en attaque."

Déjà un vainqueur

Ce débat aura un vainqueur quoi qu'il advienne : Fox News. Pour la première fois, un journaliste de la chaîne anime un débat présidentiel aux Etats-Unis. Une consécration pour Fox News, réputée proche du parti républicain. Et l'occasion d'un nouveau départ trois mois après la démission forcée du patron de la chaîne, Roger Ailes, accusé de harcèlement sexuel.

Le journaliste Chris Wallace animera le débat. Âgé de 69 ans, il a une longue expérience de la vie politique américaine, et cette campagne le sidère. "Je n'ai jamais vu un candidat comme Donald Trump. C'est ce qui rend cette campagne si fascinante, et les débats si difficiles."

Moore et la peau de l'ours

Michael Moore sort un film anti-Trump. Michael Moore in Trumpland est inspiré d'un one-man-show présenté récemment dans l'Ohio. Le film sort mercredi dans quelques salles américaines. Il a été présenté mardi à New York. en présence de Michael Moore qui met en garde les supporters de Clinton. "Si vous soutenez Clinton et que vous célébrez déjà une victoire précoce, vous contribuez à sa défaite. Si vous commencez à croire que c'est dans la poche, c'est une position dangereuse ! Il y a une longue tradition d'Américains élisant des présidents qu'ils pensent qu'ils n'éliront pas."

Le chiffre du jour : 253

C'est le nombre de mensonges énoncés par Donald Trump depuis le 15 septembre. Un journaliste du Toronto Star, Daniel Dale, correspondant à Washington, a fait ses calculs. Il a disséqué depuis un mois toutes les déclarations du candidat républicain. La moyenne est donc de 8 mensonges ou contre-vérités par jour. Dale précise qu'il n'a pas inclus dans son décompte les deux premiers débats qui comportaient, d'après lui, 77 mensonges supplémentaires.

Melania, le retour

Melania Trump, la femme de Donald, a défendu son mari sur CNN. Mardi soir, une fausse Melania Trump, campée par l'actrice Laura Benanti, était sur CBS, invitée de l'humoriste Stephen Colbert. Elle n'a pas apprécié les propos vulgaires de son époux sur les femmes. "J'ai dit à mon mari que ces propos étaient très inappropriés. Et surtout il les a dit dans un bus, c'est dégoûtant !" Et la fausse Melania Trump ajoute : "Ce n'est pas le mari que je connais".

A RÉÉCOUTER

L'Amérique en campagne J-20
--'--
--'--

Tous les jours à 18h30, franceinfo vous propose le journal de la campagne avec Franck Mathevon et tous les envoyés spéciaux aux États-Unis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.