L'actrice américaine Allison Mack a été arrêtée dans une affaire de trafic sexuel lié à une secte

Notamment connue pour son rôle dans la série "Smallville", cette femme de 35 ans est accusé d'avoir joué un rôle important dans le fonctionnement d'une secte fondée sur un système pyramidal.

L\'actrice Allison Mack lors d\'une cérémonie à Hollywood (Etats-Unis), le 26 juin 2012.
L'actrice Allison Mack lors d'une cérémonie à Hollywood (Etats-Unis), le 26 juin 2012. (GUS RUELAS / REUTERS)

Une actrice de la série télévisée Smallville, Allison Mack, a été arrêtée aux Etats-Unis dans une affaire de trafic sexuel, vendredi 20 avril. Elle est accusée d'avoir recruté des femmes dans une secte réservée aux femmes, où elles étaient ensuite forcées à avoir des relations sexuelles avec son gourou. Les victimes étaient "exploitées, à la fois sexuellement et pour leur travail, au bénéfice des accusés", a expliqué le procureur fédéral, dans un communiqué du ministère de la Justice.

Keith Raniere, à la tête de cette organisation, avait été interpellé fin mars au Mexique et extradé vers les Etats-Unis. ll a fondé en 1998 une organisation baptisée Executive Success Program (ESP), qui tenait des séries d'ateliers dont le but officiel était de "réaliser le potentiel humain" des participants. En 2003, il a créé une deuxième entité, baptisée Nxivm, qui chapeautait ESP, selon la plainte déposée mi-février par le ministère public devant un tribunal fédéral de Brooklyn.

>> Un gourou américain qui marquait ses esclaves sexuelles sur la peau a été arrêté au Mexique

Un système pyramidal avec des "esclaves" et des "maîtres"

En 2015, le gourou présumé aurait créé une organisation parallèle pyramidale, baptisée DOS, qui comprenait des "esclaves" et des "maîtres". Tous les membres étaient des femmes avec, au sommet de la pyramide, Keith Raniere lui-même. Avant d'être acceptées comme esclaves, les femmes devaient fournir des "garanties", c'est-à-dire divers éléments compromettants pour elles-mêmes, photos, lettres ou documents, que l'organisation se réservait le droit de rendre publics si elles quittaient DOS.

L'une des missions des "esclaves" était d'avoir des rapports sexuels avec Keith Raniere. Ces femmes étaient en outre marquées des initiales du gourou à l'aide d'un stylo à cautériser, qui brûlait les chairs. La victime était maintenue immobile par d'autres femmes et chaque séance était filmée. Après la défection de plusieurs membres et la publication d'un long article dans le New York Times (en anglais), en octobre dernier, le gourou présumé s'était enfui au Mexique. Il est poursuivi pour trafic sexuel, association de malfaiteurs et menaces.

Des formations facturées jusqu'à 5000 euros

Au cours des 20 dernières années, "Raniere a établi une série de programmes prétendument destinés à l'entraide au sein de son organisation-mère appelée Nxivm", assure le communiqué du ministère de la Justice. Allison Mack est accusée d'avoir créé avec le gourou présumé l'un de ces programmes, destiné à recruter des femmes. Selon le procureur de New York, elle était au premier niveau de la pyramide, juste en-dessous de Raniere.

Selon ce document, les participants aux sessions de formation acceptaient de payer jusqu'à 5 000 dollars par ateliers de 5 jours et se retrouvaient, le plus souvent, endettés au point de devoir travailler pour Nxivm pour les rembourser. Basé à Albany, capitale de l'Etat de New York, l'organisation a ouvert des centres dans plusieurs villes des Etats-Unis, du Canada, du Mexique et d'autres pays d'Amérique centrale.