Joggeur noir abattu aux Etats-Unis : le tireur a proféré une insulte raciste après avoir ouvert le feu, selon un enquêteur

L'enquêteur a ajouté que la police avait retrouvé "un grand nombre" d'autres commentaires racistes dans le téléphone du tireur, ainsi que sur ses comptes sur les réseaux sociaux.

Une manifestation antiraciste se tient devant le tribunal de Brunswick (Géorgie, Etats-Unis), le 4 juin 2020, avant une audience des meurtriers présumés d\'Ahmaud Arbery.
Une manifestation antiraciste se tient devant le tribunal de Brunswick (Géorgie, Etats-Unis), le 4 juin 2020, avant une audience des meurtriers présumés d'Ahmaud Arbery. (SEAN RAYFORD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

L'un des hommes accusés d'avoir tué un joggeur noir dans le sud des Etats-Unis a proféré une insulte raciste après avoir ouvert le feu, a indiqué l'enquêteur chargé de cette affaire, jeudi 4 juin. Ces révélations interviennent alors que les manifestations antiracistes se multiplient dans le pays, après la mort de George Floyd, un autre Afro-Américain aux mains de la police. Ahmaud Arbery, 25 ans, a été abattu le 23 février alors qu'il courait dans un quartier résidentiel de Brunswick (Georgie). Travis McMichael, 34 ans, l'avait poursuivi avec son père Gregory, 64 ans. Les deux hommes, blancs, affirment qu'ils pensaient avoir affaire à un cambrioleur et qu'ils ont agi en état de légitime défense.

L'affaire a bouleversé les Etats-Unis car Travis et Gregory McMichael n'ont été poursuivis par les autorités que deux mois plus tard, quand une vidéo tournée par un troisième homme, William Bryan, a été diffusée sur les réseaux sociaux. Les trois Américains ont été inculpés pour meurtres.

L'enquêteur "ne croit pas" à l'hypothèse de la légitime défense

Lors d'une audience préliminaire devant le tribunal jeudi, un membre du Bureau d'enquête de Georgie (GBI) a rapporté que William Bryan avait dit avoir entendu Travis McMichael traiter Ahmaud Arbery de "putain de nègre", alors qu'il gisait sur le sol après avoir été touché. Richard Dial a ajouté que la police avait retrouvé "un grand nombre" d'autres commentaires racistes dans le téléphone du tireur, ainsi que sur ses comptes sur les réseaux sociaux.

"Je ne crois pas que [Travis] McMichael ait agi en état de légitime défense, c'était de la légitime défense pour [Ahmaud] Arbery, a déclaré l'enquêteur. Je pense qu'il était poursuivi et qu'il a couru jusqu'à ce qu'il ne puisse plus, quand il a senti qu'il ne pouvait pas s'échapper, il a choisi de se battre." La famille d'Ahmaud Arbery affirme qu'il a été victime d'un crime raciste étouffé par un système policier et judiciaire complaisant, Gregory McMichael ayant longtemps travaillé comme enquêteur pour les services du procureur local.