Présidentielle américaine : l'élection de Joe Biden vue d'Israël

En Israël, le Premier ministre de droite Benyamin Netanyahou a mis des heures à réagir à l'annonce de la victoire de Joe Biden. Bien plus tard que la plupart des autres dirigeants étrangers.

Article rédigé par
Frédéric Métézeau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle américaine fait la Une des journaux dimanche 8 novembre en Israël. (DEBBIE HILL / MAXPPP)

Alors que les réactions de la plupart des chefs d'Etat étrangers ne se sont pas faites attendre après l'annonce, samedi, de la victoire du candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine, en Israël, Benyamin Netanyahou a mis douze heures à féliciter Joe Biden, qualifiant le leader démocrate de "grand ami d'Israël".

Signe de l'embarras du Premier ministre israélien, il a réagi à 6h03 du matin et seulement en anglais, pas en hébreu, qui est la langue officielle en Israël, comme s'il ne voulait pas en faire une affaire de politique intérieure. Et pourtant, lors des dernières élections, Benyamin Netanyahou posait sur ses affiches électorales avec Donald Trump. 

Il faut dire que Trump a été le président américain le plus favorable à Israël dans l’histoire. Il a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et y a transféré l'ambassade américaine. Il a proposé un plan très défavorable aux Palestiniens. Et il a dénoncé l'accord sur le nucléaire iranien signé par Barack Obama. 

Ni continuité ni totale rupture

Cela veut-il dire que Joe Biden va complètement renverser la table ? Pas complètement. Il faut savoir que le nouveau président élu des États-Unis est très pro-sioniste et qu'il est ami avec Benyamin Netanyahou depuis près de 40 ans. Joe Biden va donc maintenir l'ambassade américaine à Jérusalem et l'énorme aide militaire à Israël.

Mais Joe Biden est moins intransigeant que Donald Trump, moins unilatéral. Par exemple, il est contre l'extension de la colonisation et défend un État Palestinien. Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, se dit d'ailleurs impatient de travailler avec lui pour la paix et la stabilité dans la région. Sur la question iranienne enfin, peu-être la plus essentielle, Joe Biden préfère négocier avec Téhéran plutôt que sanctionner, et menacer, comme le préconise Benyamin Netanyahou.

"C'est une bonne nouvelle pour Israël"

Quant aux Israéliens qui depuis 20 semaines manifestent par milliers contre Netanyahou, ils étaient galvanisés par le résultat de la présidentielle américaine samedi soir, à l'image de Raffi : "Je pense que c'est ce qui va arriver aussi à Netanyahou. "Bibi" Netanyahou et Donald Trump, c'est la même chose, dit-il. C'est une bonne nouvelle pour Israël car Trump est stupide et contre les droits de l'homme partout dans le monde, poursuit-il. Si ça arrive là-bas, ça arrivera ici, les deux vont partir."



Selon les sondages, 60 à 70% des Israéliens souhaitaient la réélection de Trump. Dimanche matin, la presse israélienne s'intéressait aussi à la future vice-présidente, Kamala Harris, car elle a épousé un Américain de confession juive, très attaché à Israël. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.