Joe Biden à Paris : entre la France et les États-Unis, "une amitié qui commence avec la Première Guerre mondiale", rappelle le colonel Frédéric Guelton

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Joe Biden à Paris : entre la France et les États-Unis, "une amitié qui commence avec la Première Guerre mondiale", rappelle l’historien Frédéric Guelton
Joe Biden à Paris : entre la France et les États-Unis, "une amitié qui commence avec la Première guerre mondiale", rappelle l’historien Frédéric Guelton Joe Biden à Paris : entre la France et les États-Unis, "une amitié qui commence avec la Première Guerre mondiale", rappelle l’historien Frédéric Guelton (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Emmanuel Macron et Joe Biden affichent leur amitié durant la cérémonie d’accueil du président américain à Paris, samedi 8 juin. Analyse, sur le plateau du 12/13 info, par André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis, et Frédéric Guelton, colonel et historien.

"C’est déjà un symbole fort de descendre les Champs-Elysées, ça rappelle notamment la descente des Champs-Elysées par le général de Gaulle le 26 août 1944", commente André Kaspi, historien spécialiste des États-Unis, qui y voit "une manière de rapprocher encore plus les États-Unis et la France". Les présidents seront accompagnés de la Garde républicaine. "Ça veut dire qu’au fond, c’est un signal particulier pour montrer l’amitié entre les deux pays, ce qui n’exclut pas qu’il puisse y avoir des divergences politiques", ajoute le spécialiste.

Raviver la flamme du soldat inconnu

Le colonel et historien Frédéric Guelton, de son côté, souligne que "le fait de choisir de raviver la flamme du soldat inconnu est très symbolique" puisqu’elle marque, rappelle-t-il, "une amitié qui commence avec la Première guerre mondiale". "C’est le lien fait aussi entre aujourd’hui, il y a quelques jours les commémorations de la [Seconde] Guerre mondiale, et avec ce soldat inconnu les commémorations de la Première Guerre mondiale. Donc c’est un lien qui s’étend maintenant sur plus d’un siècle", précise le colonel. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.