Etats-Unis : le Sénat approuve le plan d'infrastructures "historique" de Joe Biden

Le plan atteint au total 1 200 milliards de dollars, l'équivalent du PIB de l'Espagne en 2020.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Chuck Schumer, le chef de la majorité démocrate au Sénat américain, le 10 août 2021 après l'adoption du plan pour les infrastructures de Joe Biden. (WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le Sénat américain a largement approuvé mardi 10 août le plan colossal d'investissements dans les infrastructures voulu par Joe Biden, d'un montant de 1 200 milliards de dollars. Le vote offre un grand succès au président démocrate qui devra toutefois encore attendre le vote final à la chambre basse pour clamer victoire.

Fruit d'un rare compromis entre démocrates et certains républicains, le plan d'investissement dans les infrastructures prévoit 550 milliards de dollars de nouvelles dépenses fédérales dans les routes, les ponts, les transports, mais aussi dans l'internet à haut débit et pour lutter contre le changement climatique. Si l'on prend en compte la réorientation d'autres financements publics existants, il atteint au total 1 200 milliards de dollars, l'équivalent du PIB de l'Espagne en 2020.

Vote des conservateurs 

Un accord "historique", martèle Joe Biden, ex-sénateur pendant trois décennies qui aime à souligner ses talents de négociateurs sur la colline du Capitole, siège du Congrès. C'est d'ailleurs sa vice-présidente Kamala Harris qui est venue présider la séance pour annoncer cette large victoire au Sénat.

Au moins trois sénateurs républicains qui avaient participé aux négociations se sont d'ailleurs finalement déclarés contre. Mais leur influent chef, Mitch McConnell a lui voté en faveur, bien conscient de la popularité d'un tel programme dans un pays aux infrastructures défaillantes. L'entente entre ces républicains et les démocrates sera de très courte durée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Joe Biden

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.