Etats-Unis : la Maison Blanche approuve la libération de trois détenus de Guantanamo

Parmi eux figure le Pakistanais Saifullah Paracha qui, à 73 ans, est le plus vieux prisonnier actuel du centre de détention.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La porte principale de la prison, sur la base navale américaine de Guantanamo, à Cuba, le 16 octobre 2018. (SYLVIE LANTEAUME / AFP)

C'est une première pour l'administration Biden. Trois des 40 prisonniers encore détenus sur la base militaire américaine de Guantanamo, à Cuba, ont vu leur libération approuvée par une commission de la Maison Blanche, a affirmé mardi 18 mai l'avocat d'un des trois hommes.

Parmi les trois détenus figure le Pakistanais Saifullah Paracha qui, à 73 ans, est le plus vieux prisonnier actuel de Guantanamo, près de deux décennies après la mise en détention par les Etats-Unis de centaines de suspects dans le sillage des attaques du 11 septembre 2001.

Les deux autres prisonniers sont Abdul Rabbani, 54 ans, également de nationalité pakistanaise, et Uthman Abdul al-Rahim Uthman, 40 ans, originaire du Yémen.

Des accords à passer avec les pays de destination

"Aujourd'hui n'est pas un jour ordinaire. Saifullah Paracha, 73 ans dont 17 passés injustement en détention, va rentrer chez lui", a tweeté son avocate, Shelby Sullivan-Bennis. Cette dernière a confirmé que la libération des trois détenus avait été approuvée lundi par une haute-commission de la Maison Blanche. Selon elle, leur libération n'interviendra pas avant 30 jours et dépendra des accords à passer avec les pays où ils se rendront en quittant la prison.

Le Pakistan s'était déjà déclaré ouvert à l'accueil de ses ressortissants détenus à Guantanamo. Mais le transfèrement de prisonniers yéménites s'avère particulièrement compliqué, en raison de la situation sécuritaire dans ce pays du Golfe, en proie à un conflit armé depuis de nombreuses années.

A l'instar de la plupart des détenus de Guantanamo, aucun des trois hommes n'avait été formellement inculpé d'un quelconque chef d'accusation. Joe Biden souhaite fermer la prison avant la fin de son mandat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Joe Biden

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.