VIDEO. Violence, racisme, mort... Comment Jean-Michel Basquiat a fait de ses souffrances les héros de ses tableaux

Jean-Michel Basquiat est à l'honneur à la Fondation Louis Vuitton à Paris. L'exposition retrace la carrière du peintre mort à 27 ans. C'est le choix du 20 Heures. 

France 2

Artiste météore, Jean-Michel Basquiat est mort à 27 ans, victime d'une overdose. Ce génie fulgurant a peint près d'un millier de tableaux, son œuvre est son journal intime. Le premier thème cher à Jean-Michel Basquiat est le racisme : il s'interroge sur la vie des Noirs dans un monde de Blancs. L'absence de l'homme noir dans l'art occidental le heurte alors comme une revanche, il en fait le héros de ses tableaux. 

La mort comme autre obsession

Fils d'un Haïtien et d'une Portoricaine, Basquiat a grandi à New York (États-Unis) dans les années 1960. Il a été confronté aux brutalités policières, aux discriminations, dans une société particulièrement violente. Son ami, Jean-Charles de Castelbajac dit qu'il a magnifié ses souffrances. Autre thème récurrent : la mort. Percuté par une voiture à l'âge de 7 ans, il est hospitalisé. Sa mère lui offre alors un livre d'anatomie qui le hantera toute sa vie. Un tableau peint à la fin de sa vie rassemble les deux thèmes. Le fond est uni, Basquiat représente un homme noir chevauchant un squelette : l'icône de la mort et de l'artiste lui-même. 

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Red Skull\" (1982) de Jean-Michel Basquiat, présenté par la maison Christie\'s à Londres, le 29 septembre 2018.
"Red Skull" (1982) de Jean-Michel Basquiat, présenté par la maison Christie's à Londres, le 29 septembre 2018. (RAY TANG / ANADOLU AGENCY)